OM : Marseille retrouve la lumière à Brest

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2012-12-02T16:30:00.000Z, mis à jour 2012-12-02T16:50:55.000Z

Quatre jours après la claque lyonnaise, l'OM, vainqueur à Brest (2-1), repart de l'avant et grimpe sur la deuxième marche du podium. De quoi s'éviter une nouvelle crise.

Conquérants, les joueurs de l'OM sont les premiers de la saison à faire tomber le Stade Brestois sur sa pelouse. Une belle réaction après l'humiliation lyonnaise.


Les Marseillais avaient la pression

Une victoire et ça repart ? C'est tout le mal que l'on peut souhaiter à l'Olympique de Marseille qui avait une fâcheuse tendance à avancer au ralenti ces derniers temps. Deux victoires lors de ses onze dernières sorties toutes compétitions confondues. Les groupes de supporters marseillais, à nouveau échaudés par la déconvenue lyonnaise à domicile (défaite 4-1) cette semaine et l'affaire Labrune qui s'en est suivie, n'étaient pas loin de remiser écharpes et fanions aux vestiaires de leurs QG respectifs.


Une première période à sens uniquee

Dans un stade Francis-le Blé baigné de brouillard, il n'était pourtant pas simple d'y voir plus clair. Opposée à une formation brestoise invincible chez elle depuis le 21 avril dernier, le tonnerre menaçait même sur les têtes phocéennes. L'histoire de ce match racontera tout autre chose avec des Marseillais qui ne traînèrent pas à se mettre en ordre de bataille avec un Amalfitano en verve. Le bon air de l'ouest certainement pour l'ancien lorientais. Dangereux à de multiples reprises lors de la première demi-heure, c'est sans surprise que Diawara, sur un service de Barton, trouvait la faille à la 34e (1-0).


Barton, double passeur décisif

Indice fort du mieux-être marseillais : l'égalisation contre le cours du jeu des Finistériens avant la pause n'empêchait pas les hommes d'Elie Baup de repartir de l'avant au retour des vestiaires. Ainsi, Joey Barton, fantomatique face à l'OL en milieu de semaine, se délectait d'un deuxième service décisif pour André Ayew (2-1, 56e). Un avantage définitif. Le constat se voulait forcément positif pour l'entraîneur phocéen qui regrettait néanmoins « le manque de concrétisation » de ses joueurs au vu des nombreuses occasions procurées.


Avec cette victoire, les Phocéens récupèrent seuls la deuxième place du classement (à 2 points de Lyon) et un semblant de sérénité.