Dans l'actualité récente

OM : Rémy, "je me sens capable d'être celui qui débloque des situations"

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2011-11-26T13:00:00.000Z, mis à jour 2011-11-26T13:00:00.000Z

Après des débuts poussifs, Loïc Rémy est peu à peu monté en puissance. Il revient tout logiquement sur son ascension.

Dans un long entretien accordé à l'Equipe Mag, Loïc Rémy revient sur son évolution, de ses débuts poussifs à Lyon à son éclosion à 24 ans.




Comme Karim Benzema et Hatem Ben Arfa, Loïc Rémy fait partie de la génération 87, génération prometteuse s'il en est. Mais contrairement à ses potes lyonnais, l'avant-centre de l'OM n'a pas connu une ascension fulgurante, "je suis entré timidement dans le monde professionnel". En fait, Loïc Remy avait conscience qu'il y avait bien meilleur que lui. Ce constat l'a conduit à être "défaitiste."




Quand Rémy rejoint Nice, il y fait une si ce n'est la rencontre de sa vie : Frédéric Antonetti, "Il respire le football et connaît bien les hommes. Il m'a fait progresser sur le plan mental, c'est énorme !" Pour progresser, Loïc Rémy a donc besoin d'un encadrement à la dure, qui vous met en face de vos échecs, "Certains joueurs le prennent mal, pas moi."




Après de multiples convocations dans le bureau de Didier Deschamps, Loïc Rémy est enfin devenu le joueur attendu par l'OM, décisif, disponible et "capable d'être celui qui débloque des situations". Certes, sa carrière a mis du temps à décoller mais qu'importe, "je me suis prouvé que je pouvais toujours viser plus haut, même si, au départ, je n'étais pas le plus attendu." Et a Rémy de conclure, "Il ne faut pas s'inquiéter pour moi." Et pour l'OM ?



Titulaire indiscutable à l'OM et sélectionnable en équipe de France, Loïc Rémy n'a plus aucun souci à se faire, sauf pour son équipe.