OM : Le soulagement de Deschamps

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Guillaume HENAULT-MOREL|Ecrit pour TF1|2012-05-03T15:03:00.000Z, mis à jour 2012-05-03T15:10:43.000Z

L'Olympique de Marseille a enfin mis fin à sa série de 13 matches sans victoire en disposant de Nancy (1-0) mercredi au Vélodrome. Touché durant cette période délicate envers un club qu'il a ramené au sommet national, Didier Deschamps dissipe son cauchemar.

Même s'il refusait d'aborder la question, l'entraineur marseillais a acquis le maintien de son équipe à la suite de ce succès face aux Lorrains.




En conférence de presse d'avant match, Deschamps n'hésitait pas à affirmer « Ce qui deviendrait spécial serait de gagner ». L'objectif a enfin été atteint grâce à une réalisation de Loïc Rémy, l'inévitable meilleur buteur phocéen. Cette victoire permet de tirer un premier trait sur la sinistrose olympienne « dans la situation actuelle, on va apprécier le simple fait d'avoir gagné et d'avoir mis fin à cette série atroce, bien trop longue et insupportable pour tout le monde » a-t-il précisé.




La victoire face aux hommes de Jean Fernandez ne peut ramener directement la sérénité à un groupe marqué par trois mois extrêmement délicats. Optimiste dans l'âme, Didier Deschamps espère que ce succès ramène de la confiance à ses joueurs pour la fin de saison « Il est hors de question qu'on lâche quoique soit ou qu'on fasse des cadeaux à qui que ce soit. Il nous reste trois matchs à jouer à fond, cela ne va pas changer notre championnat, mais il faut respecter le football.»



Malgré l'union sacrée décrétée derrière l'équipe à la suite d'une rencontre avec certains cadres du vestiaire de l'OM, plusieurs groupes de supporters marseillais ont continué leur campagne de dénigrement envers Didier Deschamps. Des banderoles « Casse-toi » étaient même présentes au sein du Vélodrome. Interrogé sur cette grogne, l'ancien milieu de terrain n'a pas voulu en faire une histoire : « ce n'est pas agréable. Cela concerne une trentaine de personnes, ils ont la liberté de s'exprimer. Je n'ai rien à ajouter. »


Reste à voir si ce climat hostile pourrait influencer la décision de Deschamps en vue de l'année prochaine sur le banc marseillais.