Dans l'actualité récente

OM : Les supporters jettent l'éponge

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Guillaume HENAULT-MOREL|Ecrit pour TF1|2012-04-23T16:21:00.000Z, mis à jour 2012-04-23T16:59:58.000Z

La nouvelle défaite de l'OM en championnat ce week end à Bordeaux (1-2) a provoqué l'exaspération des fans phocéens. Jusqu'à la fin de la saison, les soutiens olympiens risquent de se faire de plus en plus rare.

Après une série de douze matches sans la moindre victoire en Ligue 1, le point de non retour semble atteint entre l'équipe et ses supporters.




Le centre d'entrainement Robert Louis-Dreyfus sera fermé au public cette semaine après une décision prise par les dirigeants de l'OM. Les responsables olympiens craignent des débordements violents de la part de supporters mécontents de la situation actuelle. Même si aucun incident n'a été répertorié jusqu'à présent ce lundi, la sécurité du club a souhaité prendre une mesure préventive selon des informations de la Provence.




A la mi-temps du match contre Bordeaux, les spectateurs du Stade Chaban-Delmas ont assisté à une scène peu banale. Alors que les Girondins dominaient les débats lors de la première période (2-0), les 600 supporters phocéens ont décidé de remballer leur matériel puis de quitter les gradins pour manifester une nouvelle fois leur colère. La presse marseillaise souligne que certains groupes comme les Dodger's hésitent même à organiser les derniers déplacements en championnat.




Le désamour des fans pour l'équipe a des répercutions au sein de l'effectif olympien. Rod Fanni a tenté d'expliquer cette désaffection, « Nous sommes plus heureux lorsqu'ils sont contents. Ils sont déçus, on ne peut pas leur en vouloir. On ne peut pas les forcer à rester. » Sentiment partagé par Alou Diarra « on peut comprendre leur mécontentement et leur colère. Si on veut avoir nos supporters derrière nous, il faudra montrer un autre visage » estime l'ancien Bordelais.


Alors que le maintien n'est toujours pas acquis mathématiquement, le déplacement à Lorient vendredi prend une tournure encore plus dramatique.