OM : quelles sont les véritables ambitions marseillaises ?

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Laurent TITY|Ecrit pour TF1|2011-10-04T17:47:00.000Z, mis à jour 2011-10-04T17:51:07.000Z

Aussi décevant en championnat qu'efficace en Ligue des Champions, l'OM sème le doute sur son réel niveau et du coup sur ses véritables ambitions cette saison.

Comment une équipe peut-elle écraser le champion d'Allemagne (3-0) en Ligue des Champions et concéder le nul (1-1) face à Brest quatre jours plus tard en championnat ?



La victoire de l'OM contre le Borussia Dortmund en Ligue des Champions (3-0) a pu donner l'impression que les Phocéens étaient sortis d'affaire. D'ailleurs, Marseille compte deux victoires en autant de matches joués dans la plus prestigieuse compétition. Seulement voilà, le champion d'Allemagne a été très loin de son niveau de la saison dernière au Vélodrome, et les Marseillais ont pu compter sur un grand Steve Mandanda et sur une réussite insolente.



Dès lors, quand l'OM a affronté une équipe brestoise moins fébrile que Dortmund défensivement, avec un Steve Mandanda qui avait perdu son état de grâce (pour preuve sa boulette sur le but encaissé), les difficultés affichées depuis le début de saison ont refait surface. Le bloc défensif ultra solide et l'intensité physique, marques de fabrique de l'OM version Deschamps, ne sont plus que de lointains souvenirs.



13e du classement de Ligue 1 à 12 points du leader parisien et à 9 points du 3e, Lyon, l'OM affiche déjà un handicap qui paraît insurmontable sur ses concurrents directs dans la course à la qualification pour la prochaine Ligue des Champions. Pourtant, une place sur le podium est essentielle à la bonne santé financière du club, qui a déjà dû se serrer la ceinture cet été en dégraissant sa masse salariale.

Grâce à certaines individualités au-dessus du lot (Lucho, Rémy, Mandanda, André Ayew...), l'OM peut encore croire en ses chances en championnat comme en Ligue des Champions. Mais la saison s'annonce rude et éprouvante pour les hommes de Didier Deschamps.