OM : la victoire ou la crise

Voir le site Téléfoot

2017 02 26T000000Z 1 MT1PANPABOMPSG26022017114 RTRMADP 3 SOCCER MARSEILLE VS PARIS SG LEAGUE 1
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-09-17T08:45:03.702Z, mis à jour 2017-09-17T08:45:05.627Z

Dans une position très indélicate en championnat, l'OM doit absolument l'emporter face à Amiens ce dimanche. Sinon, ce sera déjà la crise.

Après deux défaites consécutives en Ligue 1, l'Olympique de Marseille se doit de ne pas en enchaîner une troisième sous peine de faire naître une crise dans ses rangs et de faire vaciller sérieusement son Champions Project.

Deux défaites de suite

"On n'a joué que cinq journées, ça me paraît un peu tôt pour tout remettre en cause" : Rudi Garcia la joue pragmatique mais pas alarmiste. Mais il n'empêche que son équipe a été corrigée par l'AS Monaco (1-6) puis est tombée à domicile face à Rennes (1-3). Une réaction est donc attendue chez le promu amiénois sous peine de retomber dans une crise sportive qui trahirait les ambitions des nouveaux dirigeants. Le tout en sachant que le public, connu pour sa véhémence, est d'ores et déjà monté au créneau après le couac de la cinquième journée.

Un peu de répit

Mais toujours est-il que la courte victoire acquise face à Konyaspor en Ligue Europa (1-0) a offert un peu de répit à Marseille. Elle devrait être le socle d'un départ nouveau qui doit débuter parc une victoire face à Amiens. Tout autre résultat, même un nul, apparaîtrait mal venu alors que les Phocéens visent quand même une place sur le podium et que, pour l'heure, ils pointent à six longueurs de l'AS Saint-Etienne, troisième (avec un match en moins bien sûr). Sauf qu'Amiens n'a que faire des maux de l'OM et que le promu picard, actuellement dans une bonne dynamique (deux succès de rang), ne se laissera pas faire.

La victoire ou la crise

A la mi-septembre, l'Olympique de Marseille est donc déjà face à un obstacle qu'il sera indispensable de contourner. Sans quoi la confiance, déjà bien effritée, quittera l'effectif et Rudi Garcia sera confronté à un mur, à commencer par la défiance des supporters. Pour avancer dans la bonne direction, le Champions Project n'a vraiment pas besoin de ça. Il n'a surtout pas le temps au regard des promesses initiales. D'autant que le football moderne n'en laisse que trop rarement, du temps. 


Plus d'actualité