"On saura dans un mois"

Voir le site Téléfoot

'On saura dans un mois'
Par DPPI|Ecrit pour TF1|2009-10-15T08:13:00.000Z, mis à jour 2009-10-15T08:13:00.000Z

S'il savoure d'avoir vu l'équipe de France conserver sa dynamique malgré la large revue d'effectif contre l'Autriche (3-1), Raymond Domenech ne veut pas s'emballer pour autant. Le sélectionneur des Bleus se montre prudent à un mois des barrages et répond à Michel Platini en demandant du temps.

RAYMOND DOMENECH, que retiendrez-vous de cette victoire face à l'Autriche ?


R.D. : Il y a eu des vraies bonnes séquences, des périodes intéressantes. Il y a 24 joueurs cette semaine qui ont montré leur envie et leur détermination dans un registre que j'apprécie, celui d'aller de l'avant, de presser l'adversaire. On essaye de le faire depuis quelques matches. Quelques soient les joueurs sur la pelouse, ils ont tous le même état d'esprit avec la volonté d'aller à la Coupe du monde.


Y-a-t-il eu relâchement au début de la seconde période et à la fin du match ?


R.D. : Ce n'est pas du relâchement. L'adversaire nous a posé des problèmes. On ne joue pas tout seul. L'Autriche avait modifié son organisation en début de seconde mi-temps. On a eu quelques soucis mais c'est bien d'avoir su reprendre le jeu à notre compte. C'est toujours mieux ça que l'inverse. En fin de match, ils nous ont usés. Physiquement, ils étaient performants. Et comme le score était à notre avantage, on a moins forcé.


Vous avez choisi de faire largement tourner votre effectif. Cette victoire vous donne-t-elle raison ou alors faudra-t-il attendre un mois pour le savoir ?


R.D. : La réponse est dans la question. Sur ce match, le résultat est positif. Mais la vérité sera dans un mois. L'important est d'avoir gardé notre dynamique. J'espère que dans un mois, on aura le même état d'esprit avec l'envie de rejoindre l'Afrique du Sud.


Pourquoi avoir conservé Thierry Henry et Sidney Govou comme titulaires ?


R.D. : On a toujours besoin de cadres. C'étaient les deux plus vieux et ils n'avaient pas de cartons.... Il y a besoin de solidité quand on remodèle une équipe. Et c'est eux que j'ai choisi. Il y a toujours besoin de cadres pour tenir l'équipe.


Entre l'Ukraine, la Bosnie, l'Eire et la Slovénie, avez-vous des préférences ?


R.D. : Non. Mon souhait, c'est d'aller à la Coupe du monde. On prendra l'équipe que nous réservera le tirage au sort. Dans tous les cas, ce sera compliqué contre un adversaire coriace désireux de se qualifier pour le Mondial. Il y a deux matches et tout le monde aura ses chances.


Que pensez-vous de la déclaration de Michel Platini, qui a estimé que la France n'avait pas une grande génération ?


R.D. : L'essentiel est qu'on possède une génération capable de se qualifier pour la Coupe du monde. Elle aura alors le temps de grandir. Le temps permet de faire les grandes générations. Les générations spontanées n'existent pas dans le football.