Quelles options derrière ?

Voir le site Téléfoot

Quelles options derrière ?
Par DPPI|Ecrit pour TF1|2009-11-17T06:48:00.000Z, mis à jour 2009-11-17T06:48:00.000Z

Avec le forfait d'Eric Abidal, Raymond Domenech doit une nouvelle fois repenser sa défense pour le match retour face à l'Eire mercredi. Le sélectionneur de l'équipe de France a trois choix possibles : Associer Squillaci ou Escudé à Gallas. Ou alors oublier Gallas pour aligner Squillaci et Escudé.

"Nous avons une autre grosse opportunité à Paris, parce que la France a encaissé beaucoup de buts, que ce soit à l'extérieur ou à domicile. Ils prennent des buts et ils ont fini comme nous à la deuxième place de leur groupe. Sauf qu'à mon avis, notre groupe était plus fort". Cette petite pique est signée Giovanni Trapattoni. Le sélectionneur italien de l'Eire pointe, selon lui, le point faible des Bleus. Et ce n'est pas le forfait d'Eric Abidal qui devrait le faire changer d'avis. Touché aux adducteurs, le Barcelonais, auteur d'un match solide avant sa boulette en fin de match à Dublin à l'aller (0-1), a dû laisser ses coéquipiers. Résultat, si les défenseurs des Bleus avaient su éviter le piège des cartons jaunes, Raymond Domenech doit encore repenser sa défense, son éternel chantier. Et si Bakary Sagna à droite et Patrice Evra à gauche seront de la partie, trois solutions s'offrent à lui pour recomposer sa charnière centrale.


- GALLAS-SQUILLACI :


Cote : 70%


Sébastien Squillaci semble s'imposer pour seconder William Gallas. Il enchaîne les prestations de grande classe au FC Séville où il est devenu incontournable. Son expérience des matches européens avec Monaco, Lyon et le FC Séville compensent son manque de vécu sur la scène internationale (17 sélections). Ses prestations face à la Lituanie en mars et avril derniers conclues par deux victoires 1 à 0 avaient également laissé entrevoir une entente intéressante avec Gallas avant que ce dernier ne se blesse. Son jeu de tête peut aussi être un atout contre les Irlandais. Seul souci : c'est un droitier. Tout comme Gallas. Les deux joueurs affectionnent d'ailleurs d'évoluer sur le côté droit de l'axe central. Et le Gunner ne semble pas disposé à accepter de se décaler à gauche de la défense centrale. Jusqu'à présent, c'était l'handicap principal de Squillaci...


- GALLAS-ESCUDE :


Cote : 25%


Avec l'absence d'Eric Abidal, Julien Escudé est le seul défenseur central à jouer à gauche dans son club (ndlr : FC Séville). Si Raymond Domenech le choisit, il peut ainsi se permettre de laisser William Gallas à son poste de prédilection, à droite. L'ancien Rennais avait d'ailleurs eu les faveurs du sélectionneur aux Iles Féroé (0-1) et face à la Roumanie (1-1) en août et septembre derniers. Domenech aime sa polyvalence. Mais voilà, ses hésitations, son jeu de tête moyen et son but contre son camp face à la Roumanie l'ont fait sortir du onze titulaire tricolore au profit d'Abidal.


- ESCUDE-SQUILLACI


Cote : 5%


Ce serait une grosse surprise tant William Gallas semble indéboulonnable. Depuis le Mondial 2006, le joueur d'Arsenal est indiscutable en défense centrale dans l'esprit de Raymond Domenech qui en a fait le leader et le pilier de son arrière-garde. Mais Domenech aime les contre-pieds. Et avec lui, tout est envisageable. Alors pourquoi pas une association Escudé-Squillaci ? Les deux joueurs ont l'avantage de se connaître par coeur. Depuis 2008, ils jouent en effet côte à côte à Séville où ils brillent au sein de la meilleure défense de Liga (7 buts encaissés à égalité avec le Barça). Un vécu commun rare en sélection. Est-ce suffisant pour avoir les faveurs de Domenech qui avait aligné l'association sévillane face à l'Autriche le 14 octobre dernier dans un match sans enjeu (3-1) ? Ça semble improbable. A première vue...