Dans l'actualité récente

Où en sont les Bleus ?

Voir le site Téléfoot

Où en sont les Bleus ?
Par Eurosport|Ecrit pour TF1|2009-10-06T08:21:43.000Z, mis à jour 2009-10-06T08:21:43.000Z

Avant deux matches capitaux face aux Iles Féroé et l'Autriche, samedi et mercredi prochain, Raymond Domenech a plusieurs problèmes à régler. Les forfaits de Yoann Gourcuff et Franck Ribéry sont venus s'ajouter au flou qui entoure Karim Benzema, les gardiens et la défense centrale.

. QUELLE ANIMATION ?


Pour ses deux rendez-vous capitaux, la France sera privée de ses deux créateurs, Yoann Gourcuff et Franck Ribéry. Raymond Domenech se voit confronté à un véritable casse-tête pour composer son onze de départ. La dernière que ce cas de figure s'était présenté, c'était en Autriche en septembre 2008. Plus d'un an ! Les Bleus s'étaient alors inclinés 3-1 et Samir Nasri figurait alors sur la feuille de match. Avant cela, en Suède (2-3), Domenech avait opté pour un 4-4-2 avec Lassana Diarra-Toulalan à la récupération, Malouda et Govou sur les côtés et Henry-Benzema en attaque. A priori, cette dernière option pourrait une nouvelle fois retenue face aux Féroé et l'Autriche. Sur le banc en Serbie, Florent Malouda a encore effectué une entrée décisive ce week-end avec Chelsea. Mais le sélectionneur pourrait tout aussi bien laisser Thierry Henry à gauche et titulariser Nicolas Anelka dans une position de neuf et demi.


. BENZEMA, LE GRAND PARDON ?


Pièce maîtresse du Real Madrid, Karim Benzema n'a joué que 17 minutes lors des trois derniers matches de l'équipe de France. Un statut de remplaçant qu'il vit mal visiblement. Dimanche dernier, il l'a fait comprendre dans Téléfoot, avouant ne "pas forcément avoir eu envie de tout donner"lors de son entrée en jeu contre la Roumanie (1-1). Des propos qui n'ont pas manqué de faire vigoureusement réagir Raymond Domenech. "Ce qu’il dit est inadmissible", a-t-il d'abord tonné. Mais le patron des Bleus a ensuite calmé le jeu. D'abord, en estimant que "(il) ne condamne pas des gens sur une phrase". Ensuite, en le sélectionnant. A Clairefontaine, les deux hommes devraient s'expliquer. Reste à savoir quel rôle il lui réserve ? Ses déclarations le condamnent-t-il à un nouveau rôle de remplaçant ? La méforme d'André-Pierre Gignac pourrait lui profiter. Mais Nicolas Anelka, lui, est actuellement en pleine forme avec Chelsea.


. QUELLE CHARNIERE CENTRALE ?


Depuis la fin de l'Euro 2008, personne n'a réussi à s'imposer aux côtés de William Gallas dans l'axe de la défense tricolore. Nombreux sont ceux à s'être brûlé les ailes à ce poste. Philippe Mexès cauchemarde encore lorsqu'il repense à son match en Autriche en septembre 2008. Jean-Alain Boumsong ou Sébastien Squillaci n'ont pas non plus convaincu. Le problème, c'est que tous veulent évoluer dans l'axe droit. D'où l'expérience Julien Escudé qui a tourné à la catastrophe face à la Roumanie (1-1). Lors du dernier match des Bleus, en Serbie (1-1), Eric Abidal s'en était plutôt bien sorti, même s'il n'est pas irréprochable sur le penalty serbe. Aujourd'hui, le Barcelonais semble toutefois être la solution la plus crédible pour être associé à Gallas.


. MANDANDA-LLORIS, C'EST REPARTI


Face aux Iles Féroé, le gardien de but de l'équipe de France sera... Steve Mandanda. Il n'y a aucun suspense puisque le Lyonnais Hugo Lloris, expulsé en Serbie (1-1), est suspendu pour cette rencontre disputée à Guingamp. Pour ce qui est de l'Autriche, c'est une autre histoire. Raymond Domenech, qui avait fait évoluer la hiérarchie cet été en choisissant Lloris aux dépens de Mandanda, reviendra-t-il à ce schéma dès mercredi prochain. Ou laissera-t-il le Marseillais titulaire ? La logique voudrait que Lloris retrouve sa place. Raymond Domenech, lui seul, à la réponse.


. LES BARRAGES, C'EST SÛR ?


Depuis les deux nuls concédés face à la Roumanie et en Serbie (1-1), tout le monde semble résigné aux barrages. Si les Bleus battent les Féroé samedi, ils seront assurés de les disputer. Pour autant, il faut tout de même le signaler, la première place n'est pas hors de portée mathématiquement parlant. La France a quatre longueurs de retard sur la Serbie mais cette dernière doit encore recevoir la Roumanie et aller en Lituanie samedi et mercredi. La qualification directe n'est pas encore dans la poche pour la sélection de Radomir Antic. Les Bleus peuvent encore espérer...