Pays-Bas-Costa Rica : Tim Krull, le pari gagnant

Voir le site Téléfoot

Krul, le coup de poker que seul Van Gaal avait vu venir
Par François Touminet|Ecrit pour TF1|2014-07-06T09:12:00.000Z, mis à jour 2014-07-06T10:43:05.000Z

Dominateurs mais trop peu réalistes, les Néerlandais ont dû attendre la séance des tirs au but pour se qualifier en demi-finale face au Costa-Rica (0-0, 4 tab à 3). Une victoire qui s'est jouée sur un coup de coaching de Louis Van Gaal.

Le héros du quart de finale Pays-Bas-Costa Rica, Tim Krull, a disputé moins d'une minute de jeu et disputait, accessoirement, le premier match de Coupe du monde de sa vie.


Pas vraiment un spécialiste des pénos

Jusqu'ici, le gardien de l'Ajax Amsterdam, Jasper Cillessen, avait pourtant été irréprochable. Un jugement que l'on peut élargir à l'ensemble de son tournoi. Cela n'a pas empêché Louis Van Gaal de le rappeler sur le banc à une minute de la fin des prolongations pour lancer son concurrent au poste, Tim Krull, dans la séance des tirs aux buts. Le sélectionneur néerlandais avait certainement une statistique en tête : avant cette rencontre, les Pays-Bas avaient disputé cinq séances de tirs au but dans des grandes compétitions et n'en avait gagné qu'une. Il y en une autre qu'il avait certainement décidé de ne pas prendre en compte. Tim Krul n'est pas vraiment un spécialiste des pénaltys : il en a arrêté deux sur vingt ces dernières années en Premier League, où il garde les buts de Newcastle (10% de penalties arrêtés sur l'ensemble de sa carrière).


Un jeu d'influence

Oui mais voilà. Avec son 1,93 m, une carrure de déménageur et davantage d'envergure que le beaucoup plus frêle Cillessen (1,88 m), Krull avait de quoi semer le trouble dans les têtes des tireurs Costaricains, déjà bien à la peine après une longue séance d'ultra-domination néerlandaise. En quart de finale de Coupe du monde, après 120 minutes de jeu, sous une pression que l'on devine énorme, il y a des chances pour que les préposés aux tirs optent naturellement pour le côté qui leur garantit le pus de réussite. C'est sans doute ce qu'ont fait les Ticos, et Krul s'y était préparé. Face à des esprits lessivés, le jeu d'influence de Louis Van Gaal a souri aux Oranje.


"Je me suis tenu prêt"

"Je savais que s'il devait y avoir des tirs au but, il y avait des chances que j'entre en jeu. Je me suis donc tenu prêt", déclarait d'ailleurs Krul après ses deux coup coups d'éclat, avouant "réaliser un rêve de gosse en étant décisif lors d'un Mondial". Ces derniers jours, il avait passé son temps à étudier la façon de tirer des Costaricain grâce à une entreprise, partenaire de la sélection hollandaise, spécialiste des statistiques en tout genre. "On avait préparé cette séance, notamment avec lui, reconnaissait hier le coach néerlandais. Tim est le plus approprié pour arrêter des pénaltys. Il a une grande détente, il est très imposant. Nous sommes fiers de lui et de l'aide qu'il a apportée à l'équipe. On connaissait le règlement, on savait qu'il fallait qu'il entre avant la fin du match mais on a attendu la 120e en prenant un risque d'attendre les toutes dernières secondes" Un risque limité donc que personne n'osera lui reprocher au plat pays. Grâce à ce coup de poker, les Pays-Bas sont encore en course pour rafer la mise.