Les Pays-Bas sans forcer

Voir le site Téléfoot

Les Pays-Bas sans forcer
Par Glenn CEILLIER|Ecrit pour TF1|2010-06-28T18:15:02.000Z, mis à jour 2010-06-28T18:15:02.000Z

Pour la première fois depuis 12 ans, les Pays-Bas retrouvent les quarts de finale de la Coupe du monde en battant la Slovaquie (2-1). Sans briller, les Oranje ont pu compter sur Robben et Sneijder et peuvent désormais rêver d'une éventuelle revanche face au Brésil, leur tombeur en 1994 et 1998.

PAYS-BAS - SLOVAQUIE 2- 1
Buts : Robben (18e), Sneijder (84e) pour les Pays-Bas. Vittek (90e+4 s.p.) pour la Slovaquie.


Jusque là, tout va bien. Les supporters des Pays-Bas peuvent souffler. Après un premier tour rondement mené conclu avec trois victoires de suite, les Bataves craignaient de voir leur équipe retomber dans ses travers dès le premier match couperet. Comme à l'Euro 2008 ou au Mondial 2006 où les Néerlandais avaient chuté contre la Russie (3-1 a.p.) et le Portugal (1-0). La malédiction est rompue. Les Oranje ont retenu la leçon pour s'offrir un quatrième succès de suite face à une équipe de Slovaquie (2-1), largement à leur portée sur le papier. Ils retrouvent les quarts d'un Mondial pour la première fois depuis 1998.


Marqués par leurs précédents échecs, les Pays-Bas n'ont pas joué avec le feu face aux joueurs de Vladimir Weiss. La belle mécanique orange et sa pléiade de talent offensif n'ont pas fait le show, comme on pouvait l'espérer. Pour la montée en puissance, il faudra attendre un peu. Sans spectacle et sans un collectif séduisant mais avec un secteur défensif appliqué, la sélection néerlandaise s'en est remise au talent immense d'une de ses stars offensives, Arjen Robben, pour mettre un terme aux rêves des Slovaques, qui avaient pourtant très bien commencé ce huitième de finale.


Robben débloque la situation


Titulaire pour la première fois du Mondial, le Bavarois, déjà décisif lors de son entrée en jeu face au Cameroun au match précédent (2-1), a sorti une nouvelle action dont il a le secret. Lancé en profondeur par Wesley Sneijder, le roi de Bavière, aligné à la place de Rafael Van der Vaart, blessé à un mollet, a repiqué dans l'axe avant de placer une frappe aux abords de la surface du pied gauche (1-0, 18e). Les Pays-Bas ont fait le plus dur. Et s'en sont longtemps contentés. Ils ont même bien failli s'en mordre les doigts. Après une première période bien terne, les protégés de Bert van Marwijk ont bien tenté de se mettre à l'abri par l'intermédiaire de Robben (49e) puis de Mathiljsen (50e) sur un service de... l'immanquable Robben. Sans réussite.


La Slovaquie a même été à deux doigts de revenir sur des occasions de Stoch (66e) ou encore Vittek, le héros du match face à l'Italie qui a manqué un contre un avec le portier batave à la 67e. Incapable de profiter des petits relâchements bataves, la Slovaquie s'est finalement fait surprendre sur une action superbe de Kyut lancé dans le dos de la défense. L'attaquant de Liverpool, très actif comme à son habitude, a fixé avant d'offrir un caviar à Sneijder, qui a marqué dans le but vide (2-0, 84e). La Slovaquie, qui a réduit le score sur un penalty de Vittek (90e+3), n'a pas vraiment joué et pourra nourrir des regrets. Les Pays-Bas n'ont pas joué non plus mais leur talent a encore fait la différence. Ils se retrouvent en quart de finale face au Brésil ou au Chili et leurs six joueurs sous la menace d’un carton jaune ont su éviter un nouvel avertissement. Les supporters néerlandais espèrent désormais que leurs protégés en ont gardé sous le pied.