Le péril jaune

Voir le site Téléfoot

Le péril jaune
Par DPPI|Ecrit pour TF1|2009-11-13T17:20:11.000Z, mis à jour 2009-11-13T17:20:11.000Z

Cinq joueurs, dont l'intégralité de la défense de l'équipe de France, seront sous la menace d'une suspension lors du déplacement à Dublin, samedi. Outre la victoire, il faudra donc éviter les cartons. Mais Gourcuff, Abidal ou Sagna se sont passés le mot : ils joueront sans penser au match retour.

A Croke Park, cinq joueurs seront sous la menace d'une suspension en cas d'avertissement. Cinq titulaires probables qui joueront avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Un carton jaune et c'est le match retour au Stade de France, mercredi prochain, qui leur passera sous le nez. Outre Yoann Gourcuff, dont le rôle sera prépondérant en l'absence de Franck Ribéry, toute la défense de l'équipe de France sera concernée : Bakary Sagna, William Gallas, Eric Abidal et Patrice Evra. Lassana Diarra, en revanche, a purgé sa suspension contre l'Autriche le 14 octobre, et abordera les barrages avec un compteur d'avertissement remis à zéro. Dans un match de "guerriers" promis par Giovanni Trapattoni, on imagine mal que tous passent entre les mailles du filet. Une bataille qui devrait donc faire des victimes.


"Ça peut être un frein"


Pourtant, les joueurs l'assurent : ils joueront sans retenue, quelles que soient les conséquences. "Pour moi, c'est secondaire. Le principal, c'est la qualification affirme", Bakary Sagna. "Maintenant, si j'étais amené à être suspendu, c'est le foot tout simplement. Je vais jouer le coup à fond et ne pas penser à ça". Peut-être moins exposé que ses partenaires de la défense, Yoann Gourcuff se montre assez serein avant de se rendre à Dublin. Le Girondin assure qu'"il ne faut pas y penser". "Ca peut être un frein. Vu l'importance du match, quand on rentre sur le terrain, on ne peut pas calculer tous les gestes qu'on va faire et l'engagement qu'on va mettre", conclut le meneur de jeu.


A Dublin, le piège serait de céder aux provocations des Irlandais. "C'est un combat d'homme à homme, on est averti et il ne faut pas tomber dans le piège", a ainsi prévenu Eric Abidal. "Dans nos clubs, on tombe aussi souvent sur des adversaires comme ceux-là. Il ne faut pas tomber dans la provocation, ne pas péter un câble." L'Irlandais est-il provocateur ? "Oui, répond le défenseur du Barça. Mais le Français est intelligent. Il ne faut pas répondre pour terminer le match à 11. Il faut tout faire pour qu'ils puissent s'énerver entre eux." Et s'il devait y avoir un sacrifié, les Bleus possèdent un banc suffisamment fourni pour palier n'importe quelle absence. "Le groupe France est un groupe de plusieurs joueurs donc il peut se passer beaucoup de choses mais nous savons nous adapter à toutes les circonstances. L'important, c'est de faire le match parfait sans penser à ce qui peut se passer après", rassure Abidal.