Petites phrases en pleine lucarne

Voir le site Téléfoot

Petites phrases en pleine lucarne
Par Anthony PROCUREUR (avec AFP)|Ecrit pour TF1|2010-07-11T19:03:18.000Z, mis à jour 2010-07-11T19:03:18.000Z

Avant la finale, retrouvez les petites phrases qui ont marqué la Coupe du monde 2010. Troisième et dernier volet : les 10 inclassables. Diego Maradona a animé le Mondial durant les conférences de presse. Franck Ribéry, David James ou Cristiano Ronaldo se sont illustrés comme ils l'ont pu en Afsud...

MARADONA AIME LES FEMMES


"J’aime les femmes, j’aime les femmes, j’aime les femmes ! Je suis avec Veronica, elle a 31 ans, elle est blonde et elle est très belle. Les marques d’affection pour mes joueurs, ce sont des remerciements pour le travail accompli. Rien de plus, non, non !" - Diego Maradona n'est décidemment pas un sélectionneur comme les autres. C'est ainsi qu'il a justifié ses excès de tendresse et d’affection envers ses joueurs. On voit que l'Argentine venait d'écraser la Corée du Sud (4-1).


LA LUCIDITÉ DE RIBERY


"Bien sûr (le groupe) a explosé. C'est la France qui est en train de souffrir, je suis en train de souffrir. Je le dis honnêtement (...), tout le monde est en train de se foutre de nous dans le monde entier. J'ai les boules, parce que là on ne joue plus au foot" - Frank Ribéry a fait preuve d'un grand moment de lucidité en s'invitant sur le plateau de Téléfoot après l'exclusion la veille de Nicolas Anelka. Malheureusement, cette prise de conscience ne sera pas suivie d'effets...


TABAREZ ET LA MAIN DE LA VIERGE MARIE


"Un dirigeant (de la Fédération uruguayenne, ndlr) m'a demandé de dire que c'était la main de Dieu et de la Vierge Marie, c'est comme ça que le voient les Uruguayens !" - Mieux que la main de Maradona, celle de Luis Suarez ! C'est la formule trouvée par Oscar Tabarez, le sélectionneur de l'équipe d'Uruguay, après la main de son attaquant, provoquant un penalty raté par le Ghana en quart de finale.


LIPPI DOIT SE SENTIR SEUL


"Ce qui me fait plaisir, c'est qu'à notre départ de l'aéroport de Milan cette année, il y avait des centaines de personnes. Il y a quatre ans, à notre départ pour l'Allemagne, il n'y avait qu'une seule personne avec une banderole "Forza Lippi". Et encore, c'était un ami à moi…" - Marcello Lippi, sélectionneur de l'Italie éliminée dès le premier tour, en a retrouvé une vingtaine à son retour d'Afrique du Sud. Mais ils n'étaient pas venus en amis...


RONALDO ET LE KETCHUP LIGHT


"Les buts, c'est comme le ketchup : quand ils arrivent, ils viennent tous en même temps. Je ne suis pas préoccupé. Je travaille comme d'habitude. Dieu sait qui travaille et qui mérite. Je suis parfaitement tranquille" - Visiblement, la mayonnaise n'a pas pris pour Cristiano Ronaldo, auteur d'un seul but lors de cette Coupe du monde. Et encore, c'était lors de la démonstration face à la Corée du Nord (7-0).


JAMES A-T-IL ECOEURÉ LES ANGLAIS ?


"C'est à double tranchant. Parce que si je les arrête tous, ça va ruiner la confiance de nos tireurs" - David James ne manque pas d'humour quand il s'agit d'expliquer pourquoi il ne s'entraîne pas aux tirs au but. Peut-être que le gardien de l'Angleterre ne plaisantait pas. Wayne Rooney, muet en Afrique du Sud, s'y est peut-être risqué...


VAN MARWIJK, LE DROOPY NEERLANDAIS


"Je m'amuse beaucoup mais si je passais mon temps à sourire et à rire, cela perturberait les joueurs" - Pour l'instant, aucun risque. L'impassible sélectionneur néerlandais Bert van Marwijk n'est pas le plus fun de la Coupe du monde. Une victoire des Pays-Bas en finale devrait toutefois permettre de lui décrocher un sourire.


MARADONA A COEUR OUVERT


"Etre éliminé en quart de finale, j'ai vécu ça en 1982 comme joueur, mais j'étais un gamin à l'époque. Là, j'ai bientôt 50 ans en octobre, c'est le plus dur moment de ma vie. C'est comme prendre un coup de poing au visage. Je n'ai plus d'énergie pour autre chose" - Même les plus grands, comme Diego Maradona, peuvent avoir leurs moments de faiblesse. Surtout Maradona...


TANAKA A DE QUI TENIR


"Ma mère a été très forte pour me soutenir. Elle a été si forte qu'on l'entendait malgré les vuvuzelas" - Le solide défenseur japonais Marcus Tulio Tanaka a pu compter sur un soutien de poids face au Cameroun (1-0). En voilà qui devait avoir peur de se faire gronder étant jeune.


LE MIRACLE NÉO-ZELANDAIS


"C'est incroyable, nous n'avons pas perdu. C'est mieux que ce que nous ne pouvions jamais espérer" - La Nouvelle-Zélande n'a pas passé le premier tour. Mais avec trois matches nuls face à la Slovaquie (1-1), l'Italie (1-1) et le Paraguay (0-0), les All-Whites ont terminé devant la Nazionale. Leurs supporters n'en espéraient pas autant. De là à se qualifier...