Dans l'actualité récente

Platini contre Blatter : c'est la guerre !

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Laurent TITY|Ecrit pour TF1|2013-03-21T14:48:00.000Z, mis à jour 2013-03-21T15:46:30.000Z

Michel Platini et Sepp Blatter se livrent depuis quelques jours par presse interposée une guerre portant sur les grands dossiers du football mondial. Le président de l'UEFA a répondu point par point aux attaques de son homologue de la FIFA dans une interview accordée à L'Equipe.

Sepp Blatter, président de la FIFA, ne cesse de critiquer les décisions et positions prises par Michel Platini, président de l'UEFA. L'Euro 2020 organisé dans plusieurs pays, la technologie sur la ligne de but, l'arbitrage à cinq... autant de sujets qui servent de champs de bataille aux deux patrons actuels de la planète foot.

L'Euro 2020
L'UEFA organisera l'Euro 2020 dans 13 villes de pays différents, un projet qui tenait à cœur à Michel Platini. Mais que Sepp Blatter a du mal à comprendre, comme il le déclarait à l'AFP : « A mon sens, la décision de Michel (Platini) d'éparpiller l'Euro dans plusieurs pays n'est pas la bonne. Ce n'est pas pour autant que je m'en prends à l'homme. » Une précision pas vraiment sincère selon Michel Platini, qui répond dans L'Equipe : « Un championnat d'Europe des nations n'aura jamais aussi bien porté son nom, car il se jouera pour la première fois sur l'ensemble du continent européen. C'est peut-être le président de l'UEFA que l'on pense viser, mais c'est au final 52 des 53 fédérations européennes qui sont attaquées. » Rappelons que seule la Turquie a voté contre le projet.

La ligne de but
Il ne s'agit pas de la seule attaque de Sepp Blatter. Le président de la FIFA a également stigmatisé dans le journal espagnol AS le refus de Michel Platini concernant l'introduction de la technologie sur la ligne de but. Dans le quotidien L'Equipe, le patron de l'UEFA explique : « Si je veux introduire cette technologie en Ligue des champions et en Ligue Europa, cela coûtera 54 millions sur cinq ans à l'UEFA. Nous préférons investir cet argent dans le développement du football. » Pour illustrer son propos, Michel Platini ajoute qu'il s'agirait d'un « système que seuls les plus grands championnats européens pourront s'offrir » et que « la Fédération écossaise, pourtant plutôt favorable, vient de dire qu'elle n'avait pas les moyens. »

L'arbitrage à cinq
Toujours au sujet de la question épineuse de l'arbitrage, Sepp Blatter ne comprend pas l'obstination de Michel Platini pour l'arbitrage à cinq. Là encore, le président de l'UEFA utilise l'interview accordée à L'Equipe pour rappeler que « monsieur Blatter est celui qui a autorisé ce système » et accuse son homologue de la FIFA d'avoir « une méconnaissance totale du dossier. »

Rappelons qu'en 2015, la succession de Sepp Blatter à la présidence de la FIFA sera ouverte, et que Michel Platini est fortement pressenti pour endosser le rôle. Même si pour le moment, aucun candidat ne s'est déclaré officiellement.