Platini réélu président de l'UEFA

Voir le site Téléfoot

La 1ère voiture de Platini
Par Jean-Marie DUMAS|Ecrit pour TF1|2011-03-22T14:11:00.000Z, mis à jour 2011-03-22T14:28:18.000Z

Michel Platini a été réelu Président de l'UEFA par acclamation. Avec la même détermination, il compte protéger "les petits" et maîtriser les risques financiers des clubs européens.

Michel Platini est de nouveau le Président de l'UEFA. Après quatre années couronnées de succès, il compte redoubler d'efforts pour servir les intérêts du football européen.


Sans surprise ni contestation, Michel Platini a été réélu à la tête de l'UEFA pour un nouveau mandat de 4 ans. Se succédant à lui-même et alors qu'il était le seul candidat au poste de Président des instances dirigeant le football européen, l'ancien n° 10 de l'équipe de France et des Verts a été nommé, non pas par vote, mais par acclamation. Dans un Palais des Congrès tout acquis à sa cause, Michel Platini a donc reçu un véritable sacre ce mardi à Paris.


Une con

Depuis son arrivée à la tête de l'UEFA, Michel Platini a mené bien des combats et gagné presque autant de batailles. De l'ouverture de la Ligue des Champions à des petites nations au principe du fair-play financier, en passant par la fin de l'hégémonie inéquitable d'un G14 du football, Michel Platini a vu bon nombre de ses entreprises couronnées de succès. Et c'est fort de ces 1ères batailles remportées que le Président de l'UEFA a conforté son idée qu'il fallait, et qu'on pouvait, assainir le football et en faire un vecteur de diversité dans un cercle vertueux.


Parmi les thèmes abordés lors de son discours, Michel Platini a donc logiquement évoqué la défense des intérets des « petits », annoncé son projet d'une gestion centralisée par l'UEFA des droits TV pour les Coupes d'Europe et l'Euro 2016 mais aussi reformulé son souhait de ne pas cantonner la Ligue des Champions aux seuls clubs européens. Pointant ensuite du doigt les problèmes de violence ou de paris-truqués qui gangrènent le football, il n'a pas oublié non plus de rappeler son inquiétude face à la dette financière cumulée par l'ensemble des clubs européens : « une perte nette de 1,2 milliard d'euros pour la seule année 2009 ».

Pas un mot en revanche sur l'arbitrage vidéo, pour lequel il n'a pas changé. Quoiqu'il en soit, Platini est aujourd'hui incontesté et incontournable à la tête de l'UEFA. Après son 2nd mandat, peut-être pourra-t-il gravir un ultime échelon, en dirigeant finalement la FIFA.