Dans l'actualité récente

Platini : " Zidane a l'aura pour être sélectionneur "

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Laurent TITY|Ecrit pour TF1|2012-11-28T14:28:00.000Z, mis à jour 2012-11-28T14:32:58.000Z

Dans un entretien accordé au journal Ouest-France, le président de l'UEFA Michel Platini aborde différents sujets, dont Zidane sélectionneur, l'équipe de France, le dopage ou l'arbitrage vidéo...

Michel Platini, en sa qualité de président de l'UEFA, livre à Ouest-France son avis sur les grandes problématiques à venir dans le football. Mais en tant que Français et ancien grand joueur, il n'hésite pas non plus à donner sa façon de penser sur certains sujets plus passionnels.

« Zidane peut être sélectionneur »
Quand il évoque l'équipe de France et Zinedine Zidane, Michel Platini parle d'abord en tant que Français, et comme l'un des plus grands footballeurs de l'Histoire : « Didier Deschamps a toute la légitimité pour être sélectionneur. Ce sera évidemment plus facile de gagner avec des bons joueurs. On me demande souvent si l'équipe de France actuelle compte de ‘grands' joueurs. Ce sont eux qui le diront ! » Et pour ce qui est de Zizou : « Quelqu'un qui a l'aura de Zinedine peut être sélectionneur. J'en discute parfois avec lui, c'est à lui de trouver sa voie. Par expérience, je sais que devenir sélectionneur, sans passer par un club auparavant, ce n'est pas facile. »

« La vidéo, je n'y crois pas »
Michel Platini rendosse en revanche son costume de président de l'UEFA pour aborder l'épineuse question de l'arbitrage vidéo : « Il n'y a qu'une chose de compliquée, pour laquelle on aurait peut-être besoin de la vidéo, je dis bien peut-être, c'est le hors-jeu. Car c'est très difficile à juger pour les arbitres. Et encore, il faudrait mettre une caméra sur le gars qui appuie sur le bouton, pour savoir quand part le ballon ! Donc je n'y crois pas. Le reste, c'est de l'interprétation : faute ou pas faute, ligne de but, ce n'est pas difficile. » Michel Platini prêche pour sa paroisse avec l'arbitrage à cinq : « Quatre yeux supplémentaires, c'est mieux pour voir. Après, si les arbitres se trompent, ce n'est pas de la faute ! Ceux qui font des erreurs, il faut les enlever. »

« Il n'y a pas de dopage organisé »
Autre sujet polémique abordé lors de cette interview, le dopage. Michel Platini se montre bien sûr concerné, mais aussi persuadé que le football est relativement épargné : « Je ne pense pas qu'il y ait du dopage organisé dans le foot. Il y a peut-être quelques cas isolés. Mais je ne vois plus les clubs de football organiser leur dopage. » Le président de l'UEFA semble s'intéresser beaucoup plus à contrer la montée du nationalisme dans les stades ainsi que les paris truqués. Tous ces phénomènes pourraient être combattus selon lui par « la création d'une police européenne du sport, comme existent déjà la police des mœurs ou celle des douanes. »

Michel Platini a encore de nombreux chantiers à mener à la tête de l'UEFA.

Téléfoot avait également interviewé Michel Platini, juste avant l'Euro 2012