Plus flou que jamais

Voir le site Téléfoot

Lloris, suspect N°1 ?
Par AFP|Ecrit pour TF1|2009-11-10T13:02:07.000Z, mis à jour 2009-11-10T13:02:07.000Z

A quelques jours des barrages de la France contre l'Irlande en qualifications au Mondial, Hugo Lloris et Steve Mandanda n'ont pas brillé pas leur sérénité lors du match entre Lyon et Marseille (5-5). Le Lyonnais a connu une soirée très difficile avec une grosse erreur. Pas idéal pour la confiance...

Bruno Martini ne s'est pas déplacé pour rien. L'entraîneur des gardiens de l'équipe de France était dans les tribunes de Gerland pour le choc entre Lyon et Marseille. Histoire d'observer une dernière fois Hugo Lloris et Steve Mandanda, qui postulent à une place de numéro un en Bleu. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'il n'a pas dû être rassuré par les prestations de ses deux protégés. Les deux sont sortis de la pelouse avec cinq buts dans la musette (5-5). Voilà une préparation loin d'être idéale pour la confiance avant une double confrontation cruciale contre l'Eire lors des barrages de la Coupe du monde 2010.


Du point de vue comptable, il n'y a pas de vainqueur dans ce duel à distance entre les deux portiers français. Chacun à été cherché à cinq reprises le ballon au fond de ses filets. En revanche, Steve Mandanda sera peut-être le moins affecté après ce match de folie. Bien sûr, le dernier rempart de l'OM ne s'est pas montré souverain. Impeccable sur une frappe vicieuse de Lisandro (56e), il n'a pas su être décisif et notamment sur le premier but de l'Argentin. Mais le Marseillais pourra se rassurer en repensant à la prestation de son homologue rhodanien.


Le doute plane


De l'autre côté de la pelouse, Lloris a en effet vécu un calvaire quelques jours après sa prestation de haute volée face à Liverpool en Ligue des Champions (1-1). Sur l'égalisation de Souleymane Diawara (1-1), l'ancien Niçois n'a d'abord pas eu la main assez ferme pour repousser la tentative du défenseur marseillais. Peut-être fragilisé mentalement, il a ensuite commis une grossière erreur sur une frappe flottante de Benoît Cheyrou (2-2). Trois autres buts suivront où sa responsabilité n'est pas vraiment engagée. Mais ce n'est pas son duel gagné face à Brandao qui sauvera sa soirée (53e).


Au final, Bruno Martini aura des choses à raconter à Raymond Domenech. Mais ça n'avancera pas beaucoup le patron des Bleus. Le sélectionneur de l'équipe de France avait annoncé jeudi dernier vouloir "attendre encore un peu, un ou deux matches, voir ce qui se passe" pour déterminer la hiérarchie des gardiens en Bleu. Alors, cette avalanche de buts à Gerland a-t-elle changé la donne ? Rien de moins sûr. Elle n'a en tout cas pas dû l'aider dans sa reflexion. Lloris s'est montré fébrile. Et Mandanda n'a pas su sauvé son équipe.


Cerise sur le gâteau, Cédric Carrasso, le troisième gardien retenu par Domenech, a également commis une faute de main lors de défaite bordelaise à Lille (2-0). Ce n'était décidément pas la journée des gardiens tricolores. Résultat : les trois portiers arriveront en manque de confiance à Clairefontaine. Et si Lloris devrait avoir les faveurs du sélectionneur à Croke Park, le débat reste toujours d'actualité pour le poste de numéro 1. "C'est toi le meilleur", a ainsi lancé Benoit Cheyrou après son but marqué à l'adresse de Mandanda. En clair, le doute plane encore et toujours. Et peut-être encore un peu plus dans l'esprit des gardiens. Ce qui n'est pas la meilleure nouvelle du week-end...