Dans l'actualité récente

Polémique Blanc - Le Graët : toutes les réactions...

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Guillaume HENAULT-MOREL|Ecrit pour TF1|2012-01-23T21:58:00.000Z, mis à jour 2012-01-23T22:20:45.000Z

La question de la prolongation du contrat du sélectionneur de l'équipe de France de football continue d'agiter l'espace médiatique. Ce week end, plusieurs personnalités proches de Laurent Blanc se sont exprimées pour donner leurs opinions.

A cinq mois de l'Euro, l'entraineur de l'équipe de France peut en tout cas bénéficier du soutien de collègues ou d'anciens coéquipiers.




L'entraineur d'Arsenal se base sur le passé récent de l'équipe de France pour justifier ses propos dans Telefoot. L'Euro 2004 et le Mondial 2010 se sont déroulés alors que les sélectionneurs en place, Santini et Domenech, avaient informé de leurs départs après la fin de la compétition. La France n'a pas brillé dans ces deux évènements. Les risques de rééditer ces mauvaises performances n'est pas absent selon le coach français.




Le consultant de TF1 souhaite un règlement rapide autour de la prolongation de son ancien coéquipier chez les Bleus. Reprenant le discours du président Le Graët, Lizarazu juge que l'équipe de France ne peut pas encore viser la victoire finale en Ukraine et en Pologne. L'objectif d'un quart de finale est considéré comme « juste » en fonction de la forme du groupe.




L'ancien dernier rempart de l'équipe de France a estimé dimanche sur Telefoot que l'essentiel se trouvait dans la bonne relation établie entre les joueurs et Laurent Blanc. Mis en cause pour sa présence dans le staff élargi du « Président », Fabien Barthez a assuré qu'il ne se sent « pas directement attaché à la Fédération française de football ». Il a enfin assuré que Laurent Blanc restait « détaché » de cette polémique.




Noël le Graët a subi les foudres de Christophe Dugarry sur Canal+. L'ancien attaquant bordelais a apostrophé le responsable fédéral sur sa gestion du cas Domenech en 2008. Considéré par Dugarry comme le « responsable » du maintien de l'ancien sélectionneur, le Graët s'est vu attribué les conséquences négatives qui ont découlé du fiasco sud-africain de l'été 2010.


Même si le président de la Fédération française de football déclarait avoir des « relations parfaites » avec Laurent Blanc, il se voit aujourd'hui confronté à une fronde des proches du sélectionneur.