Dans l'actualité récente

Porto a le dernier mot

Voir le site Téléfoot

Porto a le dernier mot
Par Eurosport.fr|Ecrit pour TF1|2010-02-18T07:16:00.000Z, mis à jour 2010-02-18T07:16:00.000Z

Grâce à un but contesté de Falcao, Porto s'est imposé à domicile devant Arsenal (2-1) en 8e de finale aller de la Ligue des Champions. Battus au terme d'un match équilibré, les Gunners ont cependant inscrit ce but à l'extérieur qui leur permet d'y croire avant le match retour.

FC PORTO - ARSENAL : 2-1
Buts : Varela (11e), Falcao (51e) pour Porto - Campbell (18e) pour Arsenal


On n'a peut-être pas fini d'entendre parler de Martin Hansson. L'arbitre suédois s'était déjà rendu célèbre lors du France-Eire des barrages de la Coupe du monde 2010 en accordant un but décisif à William Gallas, après une main de Thierry Henry. A Porto, il a encore pris des décisions qui feront couler beaucoup d'encre. A la 51e minute, Tomas Rosicky s'enfonce dans la surface de Porto avant de s'écrouler, peut-être victime d'une faute. Pas de penalty selon Mr Hansson. Sur le contre, Sol Campbell est justement sanctionné pour une passe en retrait à Lukasz Fabianski. L'arbitre suédois accorde un coup franc indirect et permet aux Portugais de le jouer rapidement en donnant lui-même le ballon à Ruben Micael, alors que la défense des Gunners n'est pas replacée. Le milieu de Porto ne se fait pas prier et donne un petit ballon à Falcao qui le convertit en but (52e, 2-1). La joie des Portugais contraste avec la colère d'Arsène Wenger, peut-être victime d'une injustice mais qui pourra surtout reprocher à ses joueurs ce manque d'efficacité chronique dans le repli défensif.


En dehors de ça, Mr Hansson s'était montré plutôt discret, laissant la vedette à deux équipes qui ont justifié leur réputation de formations offensives. A ce jeu-là, Porto a été le plus rapide en action. Profitant du manque d'automatisme de la défense d'Arsenal, privée de Manuel Almunia et William Gallas, les hommes de Jesualdo Ferreira ont immédiatement fait le siège du camp anglais. Après deux premiers essais avortés de Ruben Micael et Hulk, la troisième tentative des Portugais a été la bonne. A l'origine, un débordement magnifique de Varela et un centre tendu à ras de terre, en direction du but. A la conclusion, une grossière faute de main de Fabianski, décidément bien mal inspiré, pour l'ouverture du score des locaux (1-0, 11e). Les hésitations du gardien polonais, ajoutées à la mise en action un peu délicate du vétéran Campbell et au pressing infernal des Portugais dans le premier quart d'heure, ont contribué à mettre rapidement les Gunners en difficulté et lancer Porto sur une voie royale.


Campbell, le but de l'espoir

Mais les Londoniens ont du caractère en plus de savoir bien jouer au ballon. Après une entame délicate, ils ont su réagir pour revenir dans le match. Habiles dans le jeu, les hommes de Wenger ont cependant égalisé sur un coup de pied arrêté, consécutif à une frappe de Nicklas Bendtner, déviée, qui n'a pas été loin de trouver la lucarne de Helton. Sur le corner, Fabregas trouvait Rosicky, dont la remise de la tête était reprise victorieusement par Campbell (1-1, 18e). Arsenal n'a pas eu le temps de douter dans un match qui s'est équilibré par la suite, les deux équipes se procurant des occasions à tour de rôle. Les Gunners ont surtout inscrit ce but si précieux à l'extérieur en Coupe d'Europe qui leur permet d'y croire avant le match retour le 9 mars à l'Emirates. Malgré la colère de Wenger, son équipe a ramené un résultat positif du Portugal. A elle de le faire fructifier devant son public. On ne reparlera plus alors des décisions litigieuses de Mr Hansson. Et Porto, bien plus fringant qu'Arsenal en fin de match, regrettera alors de ne pas avoir appuyé davantage ses actions pour inscrire un troisième but.


LA DECLA : Arsène Wenger (entraîneur d'Arsenal sur Canal +)

"(Sur le match retour) Les matches sont différents parce que quand on joue à domicile il y a toujours une donnée psychologique qui change. Ce soir, on a des regrets pas seulement parce qu'on n'a pas été à notre top mais parce que, surtout, si vous analysez les deux buts qu'on a pris, c'est quand même regrettable de perdre un match de Champions League, en ajoutant le premier et le deuxième but ça fait beaucoup".