Pourquoi eux ?

Voir le site Téléfoot

Pourquoi eux ?
Par Maxime DUPUIS|Ecrit pour TF1|2010-05-18T09:14:04.000Z, mis à jour 2010-05-18T09:14:04.000Z

Mickaël Landreau, Hatem Ben Arfa, Rod Fanni, Jimmy Briand, Adil Rami et Yann M'Vila sont les six malheureux qui ont été recalés par Raymond Domenech lundi matin. Pourquoi le sélectionneur national a-t-il choisi de se passer d'eux ? Tentative d'explication.

MICKAËL LANDREAU (LILLE)


Pourquoi eux ?

Pour la deuxième fois de suite, Mickaël Landreau ne passe pas le cut. Après le coup de l'hélico en 2008, le coup de fil en 2010. Pourtant, le portier du LOSC n'a pas ménagé sa peine pour revenir dans la course. C'est le moins qu'on puisse dire. Victime en juillet 2009 d'une rupture des ligaments croisés du genou droit, l'ancien Nantais n'a pas mis quatre mois pour retrouver les terrains de Ligue 1. Et, dès son retour, a donné des gages à son entraîneur, Rudi Garcia. Les performances du portier n'ont pas laissé Raymond Domenech insensible et ce dernier a sans doute hésité avant de lui préférer Cédric Carrasso (Bordeaux). Ne disait-il pas dimanche que l'expérience du Lillois serait "un plus" pour le groupe ?


Il a le droit de le penser : La surprise ne doit pas être aussi grande qu'en 2008 où Landreau était sorti des 23, passant de numéro 2 à numéro 4. Pour autant, le Lillois peut être déçu. Il avait certainement fini par y croire et ses prestations récentes auraient largement pu le propulser en Afrique du Sud.


ROD FANNI (RENNES)


Pourquoi eux ?

Jusqu'à peu, sa place dans les 23 semblait assurée. Doublure officieuse de Bakary Sagna durant toute la campagne éliminatoire, le Rennais a finalement été éjecté par un revenant, Anthony Réveillère (Lyon). Ce dernier, qui avait été doublé dans la dernière ligne droite par Pascal Chimbonda en 2006, revient de loin et est logiquement récompensé, compte tenu de sa saison avec l’Olympique Lyonnais. A l'inverse, Rod Fanni paie un exercice 2009/2010 en demi-teinte. Dommage, c'était celui à ne pas rater.


Il a le droit de le penser : Rod Fanni est sans doute amer de passer à côté de la chance de sa carrière. Découvert sur le tard, Rod Fanni est âgé de 28 ans et il n'est pas certain d'avoir une autre opportunité de jouer une Coupe du monde.


ADIL RAMI (LILLE)


Pourquoi eux ?

Candidat principal au strapontin de 24e homme, Adil Rami a finalement été recalé. Raymond Domenech lui a préféré le Bordelais Marc Planus qui présente l'avantage d'évoluer dans l'axe gauche avec les Girondins. Une denrée trop rare chez les Bleus. Malgré cela, le choix a sans doute été difficile pour le sélectionneur de l'équipe de France. Appelé plusieurs fois mais jamais aligné au sein de la défense tricolore, le Lillois aurait également fait une doublure plus qu'honnête.


Il a le droit de le penser : Déçu, Adil Rami l'est probablement. Mais le défenseur a plutôt bien réagi après l'annonce de Raymond Domenech. Le jeune Lillois fait contre mauvaise fortune, bon coeur : "C’est le destin, et puis ce n’est pas grave, a-t-il confié sur RTL. Il faut juste redoubler d’efforts, travailler, voilà ce qu’il me reste à faire. Je me tiens prêt, parce que tout peut se passer jusqu’au 1er juin. (...) Je mets toutes les cartes de mon côté, n’oubliez pas que je m’appelle Rami…"


YANN M'VILA (RENNES)


Pourquoi eux ?

Grosse surprise de la liste des 30 dévoilée mardi dernier par Raymond Domenech, Yann M'Vila a sans doute été moins étonné de ne pas voir son nom dans les 24 finalistes. Agé de 19 ans et avec une seule saison de Ligue 1 au compteur, le milieu de terrain a logiquement été recalé par le sélectionneur de l'équipe de France. Il était difficilement imaginable voir le Rennais prendre la place d'un Alou Diarra ou d'un Jérémy Toulalan par exemple.


Il a le droit de le penser : Retenu contre toute attente dans la liste élargie de Domenech, il avait fini par y croire. Mais son absence des 23 est tout sauf une surprise. Dans l'affaire, M'Vila s'est fait un nom.


HATEM BEN ARFA (MARSEILLE)


Pourquoi eux ?

Hatem Ben Arfa a finalement perdu son match à distance avec Mathieu Valbuena. Snobé par Didier Deschamps comme le "Petit" lors de la première partie de la saison, HBA a réussi une seconde moitié de saison accomplie avec l'Olympique de Marseille. Mais pas autant que celle de Valbuena, qui s'est montré plus décisif dans la course au titre. Plus régulier également. C'est peut-être ce qui a séduit Raymond Domenech, ainsi que la fraicheur du joueur qui, comme Franck Ribéry en 2006, ne compte aucune cape.


Il a le droit de le penser : Absent en 2008 alors que Benzema et Nasri, deux des autres fleurons de la génération 87 étaient du voyage, Hatem Ben Arfa voit cette fois encore le train lui passer devant le nez. Pour autant, sa présence aux portes des 23 était loin d'être acquise à la fin de l'année de 2009 et il peut se dire qu'il revient de loin. A lui de continuer et d'éviter de se perdre en chemin. Ça finira peut-être par payer.


JIMMY BRIAND (RENNES)


Leur week-end sera chaud

Comme ses coéquipiers Rod Fanni et Yann M’Vila, Jimmy Briand peut faire ses valises et partir dès aujourd'hui en vacances. Tignes et la Coupe du monde, ce sera pour 2014, au mieux. A moins d'un coup dur que l'on ne souhaite pas à l'un des 23 (+1) heureux élus. A l'image de Mickaël Landreau, l'attaquant rennais est revenu d'une rupture des ligaments croisés du genou et a réussi une deuxième partie de saison plutôt convaincante. Briand a marqué 5 fois et délivré 8 passes décisives. Pas mal. Mais pas suffisant pour aller en Afrique du Sud.


Il a le droit de le penser : Quand il s'est blessé en mars 2009 lors d'un rassemblement de l'équipe de France justement, Jimmy Briand avait rapidement annoncé qu'il visait la Coupe du monde. Le Rennais a failli tenir sa promesse. Quoi qu'il en soit, il n'a pas à rougir.