Premier League : touché et touchant, Claudio Ranieri évoque son « rêve mort »

Voir le site Téléfoot

Claudio Ranieri   Leicester
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-02-25T09:05:07.053Z, mis à jour 2017-02-25T09:05:08.850Z

Champion surprise avec Leicester il y a quelques mois, Claudio Ranieri n'est plus l'entraîneur des Foxes. Il part la tête haute mais le cœur serré.

On a parfois tendance à se souvenir des échecs présents, à anticiper ceux à venir plutôt que de se rappeler des gloires passées. Cette semaine, Claudio Ranieri a été limogé par les dirigeants de Leicester, club qu’il a porté au sommet de la Premier League la saison dernière. Son « rêve » s’est envolé, sa peine est grande et ses soutiens sont innombrables.

« Mon rêve est mort »

On peut être un Dieu la veille, et l’homme à abattre le lendemain. Il y a quelques mois, Claudio Ranieri se mettait toute l’Angleterre dans sa poche en devenant champion d’Angleterre avec la modeste équipe de Leicester. Lui, le loser qui sait bâtir mais n’a jamais été capable de finir s’est payé les grosses écuries pendant toute une saison. Mais, passée l’euphorie, la chute a été beaucoup plus dure que prévu. Aujourd’hui, les Foxes sont à un point de la zone rouge et devront réaliser un exploit, un autre, en Ligue des Champions pour renverser le FC Séville. Le but de Vardy entretient l’espoir d’une qualification pour les quarts de finale mais il n’a pas suffi à sauver la tête de son désormais ex-entraîneur. Lucide et touché, l’indésirable a expliqué, « Après l'euphorie de la saison dernière, le titre en Premier League, tout ce dont je rêvais c'était de rester à Leicester City, ce club que j'aime, pour toujours. Malheureusement, ce ne sera pas le cas. » Le rêve était beaucoup trop beau pour que le réveil ne soit pas douloureux.

« Je vous aime tous »

Dans son communiqué, Claudio Ranieri n’a pas manqué de remercier les supporters et ses proches. Son message est beau car il n’a pas cédé à l’amertume. On imagine plutôt qu’il l’a écrit la gorge serrée et les larmes prêtes à couler sur ses joues. « L’aventure a été extraordinaire et je la porterai en moi pour toujours » affirme l’Italien. Il garde en mémoire la ferveur des fans, « Vous m'avez ouvert vos cœurs depuis le début et vous m'avez aimé tout de suite ». Et préfère ne retenir que le positif, « Je vous aime aussi. Personne ne nous prendra ce que nous avons réalisé ensemble et j'espère que quand vous repenserez à ces moments, ce sera toujours avec le sourire. Ce fut un plaisir et un honneur de remporter le championnat avec chacun d'entre vous. »

Mourinho, Klopp et Mancini au diapason

Le licenciement surprise de Claudio Ranieri a logiquement ému la planète football. Particulièrement en Angleterre. Alors qu’il n’a pas toujours été tendre avec lui, José Mourinho s’est joint aux hommages, « Il mériterait que le stade de Leicester soit rebaptisé ‘Claudio Ranieri’. C’est difficile à accepter, mais en même temps c’est bien pour nous de prendre conscience que le football est comme ça aujourd’hui. » Il sait de quoi il parle. Jürgen Klopp, de son côté, a comparé la situation au Brexit et à l’élection de Donald Trump, « des décisions étranges » à ses yeux. « Il restera dans l’histoire de Leicester, dans le cœur des supporters et de tous les amoureux du football » a tweeté Roberto Mancini, amené à lui succéder. Dans 100 ans, on se souviendra qu’un petit club de Premier League a regardé yeux dans les yeux les grosses écuries pour leur chiper le titre. Claudio Ranieri sera à jamais associé à cette légende qui fera rêver les enfants. Qu’importe la cruauté du présent : le futur n’oublie jamais ses héros du passé.