Le PSG a mis une mi-temps pour étriller Guingamp

Voir le site Téléfoot

Edinson Cavani   PSG
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-04-09T21:10:38.265Z, mis à jour 2017-04-09T21:19:01.953Z

Décevant en première mi-temps face à Guingamp, le PSG n'a pas fait dans la dentelle après la pause pour s'offrir une nouvelle victoire en Ligue 1. Elle était indispensable après les succès de Nice et Monaco.

Moribond en première période, le PSG a mis un gros coup d’accélérateur pour étriller Guingamp au retour des vestiaires en marquant quatre buts. Plus maître de son destin, le club de la capitale maintient la cadence pour ne pas être décroché par Monaco.

45 minutes décevantes

Mis sous pression par Nice et Monaco, respectivement vainqueurs sur les pelouses de Lille et Angers, le PSG devait s'imposer face à Guingamp au Parc des Princes, l’une des rares équipes à l’avoir battu cette saison. Avec une charnière centrale inédite (Aurier et Kimpembe) et une composition attentiste (le 4-3-3 habituel), les Parisiens ont d’abord eu du mal à trouver des solutions face à un bloc adverse bien regroupé, dont le but était de subir et de procéder par des contres. De la première mi-temps insipide, poussive et frileuse des hommes d’Unai Emery, nous ne retiendrons que deux actions : une tête de Cavani sur la barre et une frappe de Matuidi repoussée par Johnsson.

45 minutes en patron

Après la pause, le PSG est revenu avec des ambitions nettement à la hausse, profitant des erreurs guingampaises pour marquer à quatre reprises. L’étincelle est d’abord venue de Di Maria, très en jambe ce dimanche et bien servi par Cavani (56e). Altruiste, l’Uruguayen a ensuite enfilé son costume de buteur, signant un nouveau doublé (60e, 70e). Matuidi s’est enfin chargé de corser l’addition en toute fin de match, le jour de ses 30 ans. Il y a donc encore eu un PSG à deux visages pendant cette rencontre et, clairement, Guingamp, usé par la possession parisienne, n’avait plus les jambes pour tenir la cadence malgré des Parisiens un peu décimés. Les hommes d’Unai Emery ont même perdu Kurzawa, qui s’est blessé tout seul en voulant tacler un ballon.

Le PSG tient la cadence

Le PSG n’avait pas le droit au faux-pas et on a craint le pire avant la seconde période. Finalement, en mettant les ingrédients qu’il fallait, les champions en titre ont plus que fait le job face à l’équipe d’Antoine Kombouaré. Cette 22e victoire de la saison en Ligue 1 permet au club de la capitale de repasser devant Nice et de rester à trois longueurs de Monaco. Le déplacement à Angers de la prochaine journée s’annonce déjà un peu plus compliqué. Mais le sprint final - sept matches à jouer - est plus que jamais lancé entre les deux rivaux pour la couronne.