Dans l'actualité récente

PSG - Ancelotti : " C'est du 50-50 "

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Laurent TITY|Ecrit pour TF1|2012-12-20T16:34:00.000Z, mis à jour 2012-12-20T16:39:24.000Z

Carlo Ancelotti a donné son avis sur le tirage au sort des huitièmes de finale de la Ligue des champions, qui a réservé le club de Valence au PSG. Pour le coach italien, c'est du 50-50.

Le PSG aurait pu tomber sur du très lourd pour son huitième de finale de Ligue des champions. Le Real Madrid, le Milan AC ou encore Arsenal. Du coup, Valence paraît beaucoup plus abordable. Même si Carlo Ancelotti et Leonardo restent méfiants.

« Pas l'équipe la plus dangereuse »
En entraîneur expérimenté ayant déjà remporté deux fois la Ligue des champions (2003 et 2007, finaliste en 2005), Carlo Ancelotti livre une première analyse, conscient qu'il s'agit d'un tirage abordable : « Valence n'est pas l'équipe la plus dangereuse et sur le papier, elle est moins dangereuse que le Real, c'est sûr. En ce moment, elle a des problèmes. Mais c'est un club avec de belles individualités et l'expérience de la Ligue des champions dont elle a joué deux finales. » Le coach du PSG sort ensuite un discours plus convenu qui fleure bon la langue de bois.

« C'est du 50-50 »
Carlo Ancelotti avance ainsi un très classique : « Je ne veux pas dire que c'est un bon tirage. C'est du 50-50. Il ne faut pas jouer les matches avant de les avoir faits. » Dans le genre enfoncer une porte ouverte, le technicien du PSG place la barre très haut. L'Italien précise tout de même : « D'ici notre affrontement, Valence aura joué contre le Real et le Barça en janvier et février et ne sera peut-être plus la même équipe. » Là encore, la méfiance règne.

La prudence de Leonardo
Une prudence que partage bien évidemment Leonardo, qui lui a carrément versé dans la langue de bois pure et dure : « C'est toujours difficile. On saura après le match si c'était un bon tirage ou pas (...) Ca se jouera sur la forme du moment, les blessures. » Le directeur sportif du PSG n'a pas très envie de s'avancer et on le comprend. Mais quoi qu'en disent les Parisiens, affronter Valence en huitième de finale ressemble furieusement à un bon tirage.

Reste à le prouver sur le terrain. Il n'y a pas que Leonardo et Ancelotti qui savent enfoncer des portes ouvertes...