Dans l'actualité récente

PSG : Ancelotti déjà paré pour gagner

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par David CASSAN|Ecrit pour TF1|2012-01-07T15:55:00.000Z, mis à jour 2012-01-08T12:28:14.000Z

Alors que le PSG accueille Paul Clement, son ancien assistant à Chelsea, Carlo Ancelotti a donné sa première conférence de presse en français. L'italien y est apparu aussi détendu que déterminé.

Alors que le microcosme du football français (journalistes compris) fustigeait il y a peu le limogeage d'Antoine Kombouaré malgré une 1ère place au championnat, la défiance a depuis fait place à l'intérêt pour Carlo Ancelotti, nouvel entraineur-star du PSG. Celui-ci affrontait les micros.

Si les médias spéculent depuis son arrivée sur ses préférences en matière de recrutement, c'est son staff qu'Ancelotti a choisi de renforcer. Après Claude Makélélé, c'est l'Anglais Paul Clement (adjoint de l'Italien à Chelsea) qui a débarque à Paris après avoir démissionné de son poste à Blackburn. Une arrivée appréciée par le « mister », évidemment : «Clement était mon assistant à Chelsea, j'ai une bonne relation avec lui, il fera un bon travail ici (...)Il sera mon assistant comme Claude, il a l'expérience, le savoir faire, il a beaucoup de motivation ».

Pour entrainer le Paris Saint-Germain, Carlo Ancelotti a exigé un salaire royal : 12 millions d'euros par an, soit autant que José Mourinho ou Pep Guardiola. Et... 4 fois plus que Didier Deschamps, son homologue Marseillais. Pourtant : « Je suis très content d'être en France et de diriger une équipe de ce championnat. Je voudrais avoir une bonne relation avec les autres entraîneurs de Ligue 1. Je ne suis pas la superstar, je suis un simple entraîneur. J'aime travailler, j'aime le football et je veux faire du mieux possible ici ».


Les propriétaires qataris auraient peu goûté les éliminations en Coupe de la Ligue et en Ligue Europa, qui auraient coûté son poste à Kombouaré. Ancelotti a compris le message, avant un 32ème de finale de Coupe de France contre Locminé : « Je suis excité (...) Nous voulons aller au bout en Coupe de France et aussi en la Ligue 1. C'est mon premier match officiel. Je veux que mon équipe progresse, produise du beau jeu, affiche de la motivation et gagne. Nous devons progresser, gagner et passer ce tour ».

Antoine Kombouaré n'est donc déjà plus qu'un lointain souvenir au Paris Saint-Germain. Mais les strass et paillettes du recrutement parisien ont rendez-vous dès demain avec la France d'en bas, celle des amateurs de Locminé.