PSG - Bastia (4-0) : Ibrahimovic et Cavani offrent le titre en Coupe de la Ligue

Voir le site Téléfoot

error
Par Guillaume HENAULT-MOREL|Ecrit pour TF1|2015-04-11T21:19:00.000Z, mis à jour 2015-04-11T21:22:31.000Z

Le Paris-SG a remporté la Coupe de Ligue en s'imposant largement contre Bastia (4-0). Réduits à 10 après vingt minutes de jeu et un penalty provoqué par Squilacci, les Corses n'ont pas pu rivaliser contre le PSG qui remporte son deuxième titre de la saison après le Trophée des champions. Les Parisiens recevront le FC Barcelone avec confiance mercredi en Ligue des champions.

Ils étaient favoris et ont tenu leur rang. Aidés également par la physionomie du match, les joueurs du PSG remportent pour la deuxième fois d'affilée la Coupe de la Ligue. Ce n'est pas l'objectif prioritaire du club cette saison mais c'est une ligne de plus dans le palmarès depuis l'arrivée des actionnaires qataris.

Le fait du match : La double peine pour Bastia
On peut critiquer le règlement, le trouver injuste pour les Bastiais mais la décision de M. Bastien n'est pas illogique. En déstabilisant Lavezzi dans la surface, Sebastien Squilacci annihile une occasion nette de but. Le carton rouge ainsi que le penalty sont prévus dans les textes. Une « offrande » transformée par Zlatan Ibrahimovic qui a été le tournant de la rencontre dès la 20e minute (1-0). A partir de là, la tâche des Corses était trop compliquée. Peybernes remplace Danic et les Parisiens peuvent dérouler sans prendre trop de risque. Juste avant la pause, Ibrahimovic profite d'une mauvaise relance pour tromper Alphonse Areola (2-0, 41e).

Cavani participe à la fête
A quatre jours du quart de finale aller de la Ligue des champions contre le FC Barcelone, les Parisiens voulaient à tout prix éviter les blessures. L'avantage au score et le scenario de la rencontre a permis à Laurent Blanc de faire souffler des éléments importants en vue du match européen (Lavezzi, Pastore, Rabiot). Fort de ce coaching rassurant, l'entraîneur parisien pouvait également se réjouir du retour en forme d'Edinson Cavani. En panne de but en Ligue 1, l'attaquant uruguayen a inscrit un doublé en fin de match (80e, 91e) d'une tête décroisée et d'un plat du pied que n'aurait pas renié Thierry Henry...

Maintenant, un seul mot d'ordre pour les Parisiens : repos. Ne pas trop fêter ce nouveau titre et préparer la venue de l'ogre barcelonais qui, au même moment, concédait un match nul contre Séville en Liga (2-2). Un bon présage pour le PSG ?