Dans l'actualité récente

PSG : bilan des débordements lors de la remise du trophée

Voir le site Téléfoot

error
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2013-05-14T09:04:00.000Z, mis à jour 2013-05-14T13:12:36.000Z

Lundi, la place du Trocadéro accueillait la remise du trophée au PSG. La cérémonie, si courte fut-elle, a été le théâtre d'incidents pénalisant les supporters et le club. Il y a eu 30 blessés et 21 interpellations.

La fête du premier titre parisien depuis 19 ans, organisée sur la place du Trocadéro, a été gâchée par des débordements. La remise du trophée n'a pas duré longtemps tandis qu'on dénombre 30 blessés et 21 interpellations.


Un bonheur gâché
Les fans, le club et les joueurs attendaient cela depuis de longues années. Mais leur bonheur a été gâché par quelques centaines de personnes venus sur la place du Trocadéro pour semer la zizanie. L'ambiance était calme jusqu'à ce que le bus du PSG, qui avait quitté le Parc des Princes vers 18h, ne se fasse voir sur les écrans géants. Rapidement, des fumigènes ont fusé et plusieurs supporters ont essayé de forcer le passage pour se rendre sur l'estrade. Arrivés vers 19h30 pour la cérémonie de remise du trophée de l'Hexagoal, les hommes de Carlo Ancelotti ont dû écourter les débats pour se protéger des incidents. Jusqu'à 21h, la place du Trocadéro aura été le théâtre d'heurts et de jets de projectiles.


Un bilan peu honorable
Neuf minutes de célébration, croisière sur la Seine (lundi soir) et présentation devant l'Hôtel de ville (ce mardi) annulées, 30 blessés, 21 interpellations... A l'heure de faire les comptes, l'événement de ce lundi est une grosse déception pour le PSG et ceux qui s'étaient rendus Place du Trocadéro pour partager le troisième Championnat de France remporté par leur équipe, entre amoureux du ballon rond. C'est d'autant plus dommage qu'en Angleterre et en Espagne, les titres de Manchester United et du FC Barcelone ont été fêtés sans violence.


La Préfecture de police responsable ?
490 CRS et gendarmes mobiles en plus des forces de police locales : le dispositif de la Préfecture n'était visiblement pas suffisant pour contenir les débordements. Associé au fait qu'il s'agissait d'un lieu public, sa responsabilité est donc mise en cause. Pour autant, Bernard Boucault, Préfet de Paris, s'en défend en expliquant qu'elle « ne disposait pas des éléments nécessaires » pour prévoir les incidents ou même refuser au PSG le droit de célébrer publiquement son succès. Au final, il a expliqué qu'il « n'y aura plus de manifestation festive pour le PSG sur la voie publique. »


La réaction du PSG
« Cette journée devait être une fête pour Paris, pour le club, pour nos supporters et nos partenaires. Elle a été gâchée par quelques centaines de casseurs qui n'ont rien à voir avec le football et encore moins avec tous ceux qui, lors de chacun des matches, se rassemblent dans l'enthousiasme et en toute sécurité au Parc des Princes. Tous les membres du club, les joueurs et les dirigeants, expriment auprès de leurs supporters fidèles et passionnés leur profond regret d'avoir dû écourter les cérémonies de remise du trophée. Ils leur donnent rendez-vous au Parc des Princes samedi prochain à l'occasion du match contre Brest, pour fêter dans la joie et l'unité le premier titre remporté par le Paris Saint-Germain depuis 19 ans. Le Paris Saint-Germain est plus que jamais déterminé à poursuivre son projet de bâtir un grand club européen digne de la capitale, très loin des agissements de ceux qui veulent détruire son rêve. » indique le communiqué de presse publié sur le site du PSG.


En conclusion, c'est tout le club de la capitale qui est pénalisé.