Dans l'actualité récente

PSG : Le club ne sanctionne pas Serge Aurier

Voir le site Téléfoot

Serge Aurier et Zlatan Ibrahimovic   PSG
Par Silvestro DE CARO|Ecrit pour TF1|2016-06-01T10:35:20.973Z, mis à jour 2016-06-01T10:38:55.622Z

Placé en garde à vue après une altercation avec des policiers lundi sur les Champs-Elysées, Serge Aurier n’a pas été sanctionné par le Paris Saint-Germain. Il le sera éventuellement si la justice le condamne.

Après quelques heures de silence, la direction du PSG a commenté la nouvelle affaire Serge Aurier. Pour rappel, le joueur avait été placé en garde à vue lundi après une altercation avec les policiers de la Brigade anti criminalité au sortir d’une boîte de nuit. Si les forces de l’ordre expliquent que le joueur aurait été violent, le latéral droit du PSG remet la faute sur les policiers. Avant de sanctionner son joueur, Nasser Al-Khelaïfi attend le verdict de la justice. Serge Aurier sera jugé le 26 septembre prochain au tribunal correctionnel de Paris pour violences sur policier.

« La présomption d’innocence »

Dans un communiqué publié sur son site internet, la direction du PSG explique qu’elle a décidé de ne pas sanctionner Serge Aurier : « Le club a pris connaissance, ce jour, de la convocation de Serge Aurier, le 26 septembre prochain, devant le tribunal correctionnel de Paris à la suite de son interpellation par la police, dans la nuit de dimanche à lundi. A ce stade du dossier, le club tient à rappeler que son joueur, comme tout citoyen, bénéficie de la présomption d'innocence. Par ailleurs, le club souligne son attachement au respect des forces de l'ordre et de leurs missions, qu'elles remplissent parfois dans des conditions difficiles. Aucun commentaire supplémentaire ne sera livré par le club avant la décision de justice. »

Le joueur avait déjà fait l’objet d’une sanction de la part du PSG après une sortie au vitriol sur Périscope :


Serge Aurier dément la version des policiers

Le défenseur du PSG a fait constater des blessures au front et à la lèvre puis a décidé de porter plainte contre les forces de l’ordre. Il dément d’ailleurs la version des policiers. Son avocate s’est exprimée : « Serge Aurier nie fermement les faits qui lui sont reprochés. Il a déposé plainte pour violences policières et a fait constater auprès d’un médecin deux blessures n'entraînant pas d'incapacité temporaire de travail. Cette affaire et le tapage médiatique qui en a résulté lui font aujourd’hui beaucoup de mal. Il n’est jamais simple de plaider la relaxe d’un prévenu face à des déclarations d’agents assermentés. Mais une enquête administrative est en cours et de nouveaux éléments pourraient alimenter le dossier. »

L’avocate raconte ensuite la version des faits de Serge Aurier : « Selon lui, il se serait exécuté dès la première injonction. Alors qu’il s’agissait d’un simple contrôle routier, les policiers se sont uniquement focalisés sur lui, passager, et non sur le conducteur du véhicule. Serge Aurier conteste les mots qu’on lui prête mais reconnait qu’il a pu être agacé par l’attitude irrespectueuse et agressive des policiers à son égard, et ce dès le début du contrôle. Il n’a jamais refusé d’obtempérer. Il s’agit d’un simple contrôle routier qui dégénère dans des conditions aujourd’hui encore incertaines. Il s’estime victime d’une injustice et lui et sa famille en sont particulièrement affectés. »