Dans l'actualité récente

PSG : la crise de novembre a bien lieu

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Laurent TITY|Ecrit pour TF1|2012-11-19T10:02:00.000Z, mis à jour 2012-11-19T10:14:13.000Z

Le PSG version Qatari n'a pas échappé à la traditionnelle crise de novembre du club. Une mauvaise habitude que Paris semble vouloir cultiver...

Ceux qui craignaient que l'arrivée de Qatar Sports Investments (QSI) dénature le PSG et brouille l'identité du club peuvent en un sens être rassurés. Paris conserve certaines habitudes, telle que sa crise de novembre.

Un scénario humiliant
Il y a différentes manières de perdre un match. Et la façon dont le PSG s'est incliné 1-2 samedi au Parc des Princes face à Rennes n'a rien d'honorable. A domicile et à onze contre neuf pendant plus d'une demi-heure, les Parisiens ont été incapables de renverser la situation, butant régulièrement sur le... troisième gardien du Stade Rennais, Cheikh Ndiaye. Une fois de plus, le PSG n'a pas montré le visage d'une équipe soudée et d'un collectif rodé, bien au contraire. Et l'absence de Zlatan Ibrahimovic n'explique pas ces défaillances récurrentes.

Deux défaites au Parc
Le revers contre Rennes suit celui enregistré deux semaines plus tôt devant Saint-Etienne, sur le même score. Deux défaites de rang à domicile qui sanctionnent le PSG, après les avertissements plusieurs fois signalés face au manque de progrès affiché par l'équipe. Du coup, Paris abandonne la place de leader pour de bon (3e, 23 points). Lyon, avec un match en moins, et Bordeaux lui passent devant au classement.

Ancelotti décrète l'état d'urgence
Après la rencontre de samedi, Carlo Ancelotti n'a pas hésité à parler de « crise ». Sans doute pour déclencher un électrochoc chez ses joueurs. Mais au-delà de ficelles mentales, le technicien italien doit trouver des solutions tactiques. Voire effectuer certains choix plus radicaux en ce qui concerne les joueurs alignés. Dans le collimateur, Javier Pastore revient régulièrement, mais l'Argentin n'est déjà plus un titulaire dans cette équipe. D'autres Parisiens peuvent donc s'inquiéter.

Le match de mercredi contre le Dynamo Kiev en Ligue des champions sera un premier élément de réponse sur la capacité de réaction de ce PSG.