PSG : la démonstration offensive face à Toulouse

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2013-02-01T21:46:00.000Z, mis à jour 2013-02-01T21:50:56.000Z

Le PSG s'est imposé 4 à 0 sur la pelouse du Toulouse FC. Pastore a ouvert le score dès la quatrième minute. Il a été imité par Ibrahimovic, Sakho et Van der Wiel. Carton plein pour les hommes d'Ancelotti, qui resteront premiers dimanche soir, quoiqu'il arrive.

Quelques jours après avoir éliminé Toulouse en Coupe de France (3 à 1), le PSG a remis ça en Championnat, sur le score fleuve de 4 à 0. Le TFC sied bien au club de la capitale.

La messe était dite après 45 minutes
La rencontre ne pouvait pas mieux débuter pour le PSG. Ainsi, alors que les toulousains essayaient de mettre le pied sur le ballon en empêchant les visiteurs de respirer, ils ont encaissé un but dès la 4ème minute. Après un avantage laissé aux Parisiens pour une faute sur Ibrahimovic, Lavezzi, hors-jeu, centre pour Pastore, qui trouve les filets sans contrôle. Forcément un peu sonné, le TFC a tout fait pour revenir, en vain. Pire, la défense a payé cash ses errements, notamment sur un caviar de Lucas à destination de la tête d'Ibrahimovic (36ème). Vingtième but pour le suédois, un de plus à l'extérieur. Les hommes de Casanova, réduits à 10 après le deuxième carton jaune de M'Bengue, n'étaient pas au bout de leur peine...

Démonstration offensive
Après la pause, on s'attendait à un PSG plus préventif qu'offensif, préservant le résultat sans prendre de risque physique. Mais ce fut le contraire. Complétement esseulés et abattus mentalement, les Toulousains ont pris deux buts supplémentaires .Un troisième par Sakho, magnifiquement servi par Lucas, après une talonnade de Lavezzi (70ème). Un quatrième sur un travail d'Ibrahimovic, que Van der Wiel n'avait plus qu'a terminé (72ème). Le pire, c'est qu'Ahamada a fait ce qu'il a pu, en évitant une correction encore plus lourde (55e, 58e et 88e). Sans mauvais jeu de mot, le PSG était donc d'attaque vendredi soir.

Plus que jamais en tête
Après trois rencontres décevantes (deux victoires étriquées, un nul), l'équipe d'Ancelotti se devait de (se) rassurer sur son fond de jeu. Contre Toulouse, sa victime préférée, le contrat est rempli mais demandera d'être confirmé lors des prochaines journées. Quoiqu'il en soit, Paris est assuré de finir en tête du championnat dimanche, au minimum grâce à une meilleure différence de but, au maximum avec trois points d'avance (si Lyon perd). Par ailleurs, c'est le huitième match, toutes compétitions confondues, dans lequel Sirigu ne voit pas sa cage violée. Vu comme ça, derrière, il n'y aura jamais rien à dire.

La machine du PSG est-elle lancée ?