PSG : mais qui est donc ce Ganso qui vaut 40 Millions d'euros ?

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par David CASSAN|Ecrit pour TF1|2011-07-27T17:04:00.000Z, mis à jour 2011-07-27T17:10:45.000Z

Le PSG et Leonardo aurait offert 40 millions d'euros pour Paulo Henrique Ganso, le meneur de jeu de Santos. Découvrez ce joueur en profondeur et en vidéo, grâce à un reportage de Telefoot au Brésil.

Après avoir habilement renforcé son effectif, le PSG de Leonardo semble passer à la vitesse supérieure, avec des offres incroyables pour de grands espoirs du football mondial, à savoir Javier Pastore et Paulo Henrique Chagas de Lima, dit « Ganso ».


Comme on le voit dans le sujet, Leonardo suit de près le meneur de jeu brésilien depuis quelques temps. Et alors qu'il a à disposition les ressources quasi-illimitées du Qatar Investment Group, il n'hésite pas à mettre le paquet : 40 millions d'euros, selon L'Equipe, après s'être vu refuser une première offre de 30 millions. Ce qui en ferait le plus gros transfert de l'histoire de la Ligue 1 (succèdant à Nicolas Anelka en 2000), et le joueur le plus cher jamais recruté hors d'Europe...




Et le plus incroyable, c'est que Santos pourrait refuser l'offre Parisienne. Le club Brésilien aimerait en effet conserver ses deux étoiles, Ganso et Neymar, en vue de la Coupe du Monde des clubs, qu'il disputera notamment au FC Barcelone. Ganso a mené son équipe à la victoire en Copa Libertadores, la première du club depuis Pelé, en 1963. Alors qu'il n'a pas encore fêté ses 22 ans, Ganso a déjà disputé 73 matches avec Santos et compte 5 sélections avec la mythique Seleçao. Et les deux clubs Milanais l'accueilleraient à bras ouverts...






Alors que Neymar est presque un stéréotype du prodige Brésilien (dribbleur, technique, flashy), et comparé à Pelé (ou Robinho), son partenaire de Santos est plus éloigné du « football-samba ». La silhouette particulière de Ganso (il est plutôt grand et fin), son jeu plutôt simple ont plutôt suscité les comparaisons avec une autre légende, Française celle-là : Zinédine Zidane. Plus qu'un dribbleur, le brésilien est avant tout un meneur de jeu « à l'ancienne » : l'art du geste et de la passe juste, pour faire respirer le jeu et inspirer ses coéquipiers.


Les prochains jours nous diront si « Ganso » signera bien au PSG pour y être comparé par les supporters parisiens à Raï, leur ancienne idole. En attendant, découvrez l'origine de son surnom, et plus encore, dans le reportage de Telefoot au Brésil, disponible ci-dessus !