PSG : Hatem Ben Arfa a failli être amputé de la jambe en 2010

Voir le site Téléfoot

Hatem Ben Arfa - PSG
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2016-11-20T08:45:51.356Z, mis à jour 2016-11-20T09:16:38.322Z

Voilà un épisode de la vie de Ben Arfa qui fait froid dans le dos : il y a six ans, l'international français a échappé de peu à l'amputation.

Si la carrière d’Hatem Ben Arfa n’a jamais été et ne sera jamais rectiligne, elle a bien failli être stoppée net il y a six ans. En effet, nos confrères du Parisien ont rapporté que le joueur du PSG a frôlé l’amputation après une vilaine blessure contractée à Newcastle.

Le 3 octobre 2010

Le 3 octobre 2010, Hatem Ben Arfa est en plein boom. Il vient d’être prêté à Newcastle par Marseille et entend s’imposer dans un nouveau championnat, lui qui a fait la pluie et le beau temps au Vélodrome. Dans un choc face à Manchester City, le jeune prodige se fait salement faucher par le néerlandais Nigel de Jong. Les images font encore froid dans le dos : double fracture tibia péroné avec opération, rééducation et six mois minimum d’indisponibilité. Un petit démon aux allures d’ange fauché en plein vol.

Une infection

Pour Michel Ouazine, ami et conseiller de Ben Arfa, les inquiétudes commencent à poindre, et à juste titre. Car le joueur est transféré dans un hôpital miteux à Manchester. Le couperet est sans appel : là-bas, malgré un transfert rapide dans une clinique de Newcastle, il contracte une infection grave causée par un staphylocoque doré. Fort heureusement, Michel Ouazine prend les choses en main : il contacte Eric Rolland, médecin du PSG et accessoirement chirurgien orthopédiste de renommée mondiale ayant, par exemple, opéré Ronaldo, l’illustre numéro 9 brésilien connu pour ses nombreux pépins au genou.

L’amputation évitée

Après avoir pris connaissance de l’état de santé de Ben Arfa, qui souffre le martyr, Eric Rolland décide logiquement de rapatrier le joueur depuis la Tunisie, où il effectue alors sa convalescence aux côtés de sa mère. A la Pitié-Salpêtrière, il tente une opération délicate pour sauver la jambe de Ben Arfa et lui éviter l’amputation synonyme de fin de carrière. Elle réussit et, aujourd’hui, celui qui a connu une autre renaissance, sportive cette fois, à Nice est toujours un joueur de foot, même s’il a peu de temps de jeu avec le PSG. Face à Nantes, ce samedi, il a remplacé Angel Di Maria, touché à la cuisse droite. Sans Eric Rolland, il n’aurait sans doute pas eu cette chance.