Et si le PSG jouait avec la même formation que l’OM ?

Voir le site Téléfoot

Angel Di Maria - PSG
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2015-08-08T11:05:59.551Z, mis à jour 2015-08-08T11:06:00.879Z

Avec Angel Di Maria dans son effectif, Laurent Blanc a une arme de plus pour obtenir d'excellents résultats. De là à chambouler ses schémas tactiques habituels avec un 3-3-3-1 ?

L’arrivée d’Angel Di Maria en provenance de Manchester United, officialisée depuis jeudi, a de quoi redistribuer quelques cartes dans le onze type de Laurent Blanc. Très créateur, capable de descendre d’un cran (il l’a déjà fait au Real Madrid) et peu avare en efforts défensifs, l’Argentin peut bouleverser les plans du coach. Au point de l’imaginer dans un 3-3-3-1, la tactique privilégiée de Marcelo Bielsa à l’OM ?

Un 3-3-3-1 très offensif
De nature très offensif, le 3-3-3-1 nécessite un bloc compact et s’appuie sur un marquage individuel et une possession supérieure à l’adversaire, marque de fabrique du PSG de Laurent Blanc. Vu son effectif, il peut éventuellement opter pour un 3-3-3-1 sans aucun défenseur latéral, avec une charnière composée de Thiago Silva, David Luiz et Marquinhos, son habituel trident à la récupération (Verratti, Matuidi, Motta) et une attaque menée par Ibrahimovic, avec Pastore en 10 et Di Maria et Cavani sur chaque côté. Dans ce dispositif risqué, davantage destiné à des matches face à des équipes de moindre tableau, les deux ailiers devront à tout prix donner un coup de main en défense, en collant aux basques des arrières, sans quoi le surnombre adverse sera facile dans la surface de Kevin Trapp.

error


Un 3-3-3-1 plus défensif
A l’inverse, un 3-3-3-1 beaucoup plus sage est également possible, cette fois-ci avec deux défenseurs latéraux, à savoir Maxwell et Aurier, pour suppléer Motta en relayeur. Dans ce schéma, on garde la même animation offensive, à ceci près que Verratti, dont la technique lui permet de créer, remplace Pastore. Contre une équipe comme le FC Barcelone, cette formation a de quoi contenir la forte possession des hommes de Luis Enrique, mais il faudra que chaque joueur soit attentif avec son vis-à-vis. Lors des contres, Aurier et Maxwell auront la lourde tâche de monter pour apporter le surnombre nécessaire. Ce seront d’ailleurs eux les garants de la réussite parisienne en attaque.


error


Que retenir de ces schémas ?
Pour sûr, Laurent Blanc devrait une nouvelle fois privilégier le 4-4-2 ou le 4-3-3, qui fonctionnent si bien, cette saison. Mais si jamais il souhaite prendre quelques risques, alors le 3-3-3-1 reste une option possible, qui demande néanmoins du temps et des ajustements pour remplir son office. Demandez plutôt à Marcelo Bielsa ce qu’il en pense… Par ailleurs, les deux solutions se passent d’un talent comme Lucas, l’un des chouchous du Parc.