Ce PSG-là est beaucoup trop fort, même pour Monaco

Voir le site Téléfoot

error
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2015-08-30T21:03:35.464Z, mis à jour 2015-08-30T21:04:13.276Z

Grâce notamment à un doublé de Cavani, le PSG a écrasé Monaco pour continuer son sans faute en Ligue 1. Di Maria, entré en jeu en deuxième période, a (déjà) délivré une passe décisive.

Dominateur en possession et dans les intentions, le PSG a logiquement - et sèchement - battu Monaco à Louis-II. Grâce à un doublé de Cavani et un but de Lavezzi, le leader du championnat a mis fin à onze matches sans victoire face à l’ASM, dont la semaine, marquée par la dure élimination en Ligue des Champions, se termine mal.

Cavani absent…
77 %. Voilà une statistique qui résume bien la première mi-temps. Car le PSG a étreint les jeunes loups de l’ASM par une possession à nulle autre pareille. Sur le couloir droit, occupé par Lucas et Aurier, les hommes de Leonardo Jardim ont énormément souffert en première mi-temps. Et l’ancien joueur de Toulouse, inspiré devant, s’est aussi illustré par sa solidité défensive, écoeurant les velléités d’El Shaarawy, trop juste physiquement, et Martial, trop seul. Pour autant, malgré sa domination, le PSG a eu du mal à se procurer de franches occasions, déjà parce que Cavani était encore aux abonnés absents. Jusqu’à ce qu’El Matador se réveille...

… puis présent
Après la pause, Monaco a commencé à mettre le pied sur le ballon, en pressant haut comme dès l’entame du match. Mais leurs efforts ont été mal payés et c’est finalement de la gauche qu’est venu le danger, quand Matuidi a adressé un super centre pour Cavani, auteur d’un bel appel puis d’une tête ayant fustigé Subasic (57ème). Une première gifle qui en appela une autre, elle aussi signée par l’Uruguayen cette fois-ci servi par Ibrahimovic (73ème). Auparavant, Di Maria avait fait son entrée en jeu à la place de Lucas et a bien failli offrir une passe décisive au double buteur sur son premier ballon. Il a finalement attendu la 83ème minute pour lancer Lavezzi, son coéquipier en Argentine (83ème). Assommés, les Monégasques n’avaient plus de jus, eux qui jouaient leur huitième match depuis la reprise.

Le PSG, toujours sur son nuage
Les Parisiens n’avaient encore jamais battu Monaco sous l’ère qatari. Cavani n’avait encore jamais marqué face à Monaco. L’Histoire, celle que le PSG est en train d’écrire avec brio, retiendra que ces deux malédictions ont été levées en même temps. Et depuis le début de la saison, l’équipe entraînée par Laurent Blanc, beaucoup trop forte en Ligue 1, signe une copie parfaite : quatre matches, autant de victoires, zéro but encaissé. Pour le moment, il n’y que Kevin Trapp pour s’ennuyer face à un tel spectacle. Pour son baptême, Di Maria a déjà régalé et la connexion entre sa patte gauche et les appels intelligents de Cavani promet déjà pour l’avenir, plus que jamais radieux pour le PSG.