PSG : mécontent de sa situation, Ben Arfa demande "qu'on lui donne sa chance"

Voir le site Téléfoot

Hatem Ben Arfa   PSG Oeil de Téléfoot
Par Nicolas BAMBA|Ecrit pour TF1|2017-03-26T14:39:53.721Z, mis à jour 2017-03-26T14:49:08.440Z

Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, Hatem Ben Arfa se confie. Peu utilisé par Unai Emery, l'ancien Niçois évoque sa saison difficile à Paris. Il explique adorer ce club mais il veut qu'on lui laisse vraiment une chance de prouver qu'il "peut apporter à cette équipe". S'il ne convainc pas, Ben Arfa promet qu'il s'en ira de lui-même.

Hatem Ben Arfa, qui a fêté ses 30 ans début mars, a décidé de prendre la parole ce dimanche 26 mars. Pas d'interview télévisée ou d'entretien à un journal. Non, l'attaquant s'est exprimé dans une vidéo de deux minutes (assortie du hashtag #laforcedudestin) publiée sur un compte de fan sur Twitter. Ben Arfa évoque sa situation au PSG. Il confie qu'il se "doutait que ça allait être compliqué", mais pas "aussi compliqué que ça".

"Je sais que je peux aider vraiment cette équipe"

Arrivé l'été dernier dans la capitale après une saison époustouflante à Nice, Hatem Ben Arfa est dans le dur depuis le début. Son temps de jeu est réduit : 23 apparitions en Ligue 1 dont seulement 5 titularisations (626 minutes), 3 apparitions en Ligue des champions (toutes en phase de poule) dont seulement une titularisation (contre Ludogorets le 6 décembre), et au total seulement 2 buts (un en Trophée des champions, l'autre en Coupe de France) et 6 passes décisives (2 en L1 et 4 en Coupe de France). En septembre, il fut même écarté pendant cinq matches par Unai Emery, peu satisfait de son implication.

Depuis, Ben Arfa a gagné un peu la confiance de son entraîneur, mais pas au point d'être régulièrement utilisé. Angel Di Maria et Lucas, ses concurrents directs en attaque, ont eu deux fois plus de temps de jeu que lui (2 357 et 2 995 minutes de jeu contre 1 053 pour HBA), y compris lorsqu'ils étaient moins performants (surtout pour l'Argentin, très décevant durant la première moitié de saison). Pourtant, le Français ne se décourage pas : "Je continue à me battre parce que d'une, ici, c'est un club que j'aime profondément, et parce que je sais que je peux aider vraiment cette équipe".

"Si on me donne ma chance et que je ne suis pas bon, je partirai"

Hatem Ben Arfa ne s'attaque pas frontalement à Unai Emery. Il l'assure : "Je ne revendique rien, ni un temps de jeu, ni un poste précis. C'est juste que je veux vraiment qu'on me donne ma chance, que je sente qu'il y a vraiment une concurrence dans cette équipe". Pour lui, il est "compliqué d'accepter cette situation, d'être remplaçant". "On peut accepter d'être sur le banc si on sait que c'est temporaire ou qu'on peut changer quelque chose. Sinon, c'est comme si c'était une punition", ajoute-t-il.

Le PSG, éliminé avec fracas de la Ligue des champions par le FC Barcelone, a encore à jouer une finale de Coupe de la Ligue (le 1er avril contre Monaco au Parc OL), la Coupe de France (quart de finale le 5 avril à Avranches) et bien sûr le championnat de France, où la lutte avec le leader Monaco (trois points d'avance) et l'OGC Nice (troisième avec quatre points de retard) est intense. Hatem Ben Arfa espère pouvoir apporter quelque chose : "Si on me donne ma chance et que je ne suis pas bon, je partirai de moi-même. Je comprendrai. Mais j'ai besoin qu'on me donne cette chance. Aujourd'hui, je n'accepte pas ma situation et c'est normal. Ça serait bizarre, même grave, d'accepter ça. Ce qui est sûr, c'est que je ne vais pas lâcher. Parce qu'on a encore des choses à faire. Après, on verra. En tout cas, ce que je peux vous dire, c'est que jusqu'à la fin de cette saison, je vais continuer à essayer de forcer le destin".