PSG : Paris de déconvenue en déconvenue

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2012-12-01T20:52:00.000Z, mis à jour 2012-12-02T09:52:18.000Z

Déjà éliminé en coupe de la Ligue à Saint-Etienne cette semaine, le PSG a fait choux blanc ce samedi en championnat à Nice. Battus 2-1, les Parisiens restent provisoirement sur le podium (3e).

En concédant sa troisième défaite de la saison sur la pelouse de l'OGC Nice, la première à l'extérieur, le PSG fait les affaires de Lyon solide leader avec cinq points d'avance.


Paris, la rechute
Eliminé en quarts de finale de la Coupe de la Ligue face à Saint-Etienne (0-0, 3-5 aux t.a.b.), mardi, le PSG n'avait pas le droit à l'erreur à Nice. La victoire qui l'avait relancée, samedi dernier, en championnat face à Troyes (4-0), n'aura malheureusement pas fait de petits. Battu en toute fin de match sur la pelouse du stade du Ray, le Paris SG compte désormais cinq points de retard sur l'Olympique lyonnais et n'en finit pas de décevoir dans le jeu. Les tensions apparues cette semaine dans le vestiaire parisien pourraient repartir de plus belle.


La solidarité était niçoise

Privé au coup d'envoi de Marco Verratti (cuisse), Thiago Motta (reprise) et de Salvatore Sirigu (douleurs abdominales), le onze de départ du PSG n'en avait pas moins belle allure. Mais comme à son habitude, il mettra un temps fou à trouver le bon tempo. Sevré d'occasions franches tout au long de la première période, il restait sous la menace d'Aiglons niçois que l'on sentait à l'affût du bon coup. De bons coups, les Azuréens en transformaient deux en toute fin de partie (Bauthéac, 76e, Eysseric, 86e) au plus fort de la domination parisienne. Dominer n'est pas gagner, telle pourrait être la nouvelle rengaine du côté du camp des Loges cette saison.


Des attaquants aux abonnés absents
Si Zlatan Ibrahimovic a encore une fois fait parler la poudre pour offrir la réduction du score à son équipe (82e), la star de l'effectif parisien s'est montrée, à l'instar de ses compagnons d'attaque, en mal d'imagination et de précision à l'abord de la surface adverse tout le restant de la partie. L'exclusion, dans les arrêts de jeu, de Blaise Matuidi, joueur le plus précieux depuis le début de saison, est l'autre mauvaise nouvelle de la soirée pour les Parisiens.


Après quinze journées de championnat, le PSG est loin des temps de passage envisagés en haut lieu. Carlo Ancelotti, dont la démission était réclamée par les supporters à la fin du match, peut commencer à se faire du souci.