Dans l'actualité récente

PSG : Les Parisiens à l'arrachée contre Guingamp

Voir le site Téléfoot

error
Par Gwendoline NATALI|Ecrit pour TF1|2013-08-31T17:34:00.000Z, mis à jour 2013-08-31T17:38:04.000Z

Poussif, le PSG a eu du mal ce samedi après-midi face à Guingamp (2-0) lors de la quatrième journée de Ligue 1. Les hommes de Laurent Blanc ont finalement connu la délivrance dans le temps additionnel grâce à Adrien Rabiot et Zlatan Ibrahimovic.

Le PSG arrache trois points dans les dernières secondes de la rencontre face à Guingamp. Pas vraiment de quoi se rassurer. Mais qu'importe, les Parisiens encore en rodage en ce début de saison pointent tout de même à la deuxième place du classement.

Au bout du suspense

Le PSG a failli une nouvelle fois se faire piéger à domicile. Après le nul concédé il y a deux semaines contre Ajaccio, les Parisiens ont lutté face au promu guingampais. Combatifs, les joueurs de la capitale n'ont pas renoncé. Et leur abnégation sera finalement récompensée dans les dernières minutes de la rencontre. En effet, après une tête d'Alex mal repoussée par Samassa, Adrien Rabiot délivre le Parc des Princes à la 93e minute de jeu ! Une ouverture du score qui décrispe Zlatan Ibrahimovic, buteur une minute plus tard.

Des gardiens au rendez-vous

Finalement le PSG s'impose 2-0 contre Guingamp. Mais les Parisiens ont bien cru ne jamais y arriver. Et pour cause. Les hommes de Laurent Blanc ont eu dû mal à concrétiser leurs nombreuses occasions (24 tirs dont huit cadrés) butant sur Mamadou Samassa et ses montants. De leur côté, les Bretons tentent leur chance à quelques reprises forçant Sirigu à réaliser une parade décisive (face à Yatabaré à la 76e minute).

Le PSG dans les temps

Malgré des matches poussifs, le PSG parvient tout de même à s'en sortir. Avec huit points au compteur (soit deux de plus que la saison dernière à cette même période), les Franciliens prennent provisoirement la deuxième place du classement. Ces points engrangés dans les derniers instants (face à Ajaccio et Guingamp) permettent à Edison Cavani et consorts de rester au contact de leurs principaux concurrents : l'AS Monaco et l'OM.