Dans l'actualité récente

PSG : Pastore, digne successeur de Rai ?

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Laurent TITY|Ecrit pour TF1|2011-08-22T16:34:00.000Z, mis à jour 2011-08-22T16:40:45.000Z

Javier Pastore n'est sans doute pas l'équivalent de Leo Messi recherché par Leonardo et les Qataris. En revanche, l'Argentin peut être comparé à Rai, ancienne gloire du PSG.

Il n'existe qu'un seul Leo Messi, et il évolue à Barcelone. Mais le PSG a peut-être trouvé en Javier Pastore le digne successeur d'un certain Rai Souza Vieira de Oliveira.



Lorsque Rai débarque de Sao Paulo au PSG en 1993, le meneur de jeu est un membre à part entière de la sélection brésilienne, qui remportera la Coupe du Monde quelques mois plus tard en 1994 aux Etats-Unis. Un signal fort envoyé par les Parisiens à leurs rivaux nationaux, voire continentaux. Tout comme le recrutement de Javier Pastore aujourd'hui, qui révèle très clairement les ambitions retrouvées du club francilien.


Sauf que lors de sa première saison, Rai connaît de grosses difficultés d'adaptation au jeu européen. Le Brésilien semble lent, pataud, et ne convainc guère, éclipsé par son compatriote Valdo, véritable icône du Parc des Princes. Le PSG a dû attendre une saison avant de récolter les fruits de son recrutement. Il faudra également s'armer de patience avec Javier Pastore, même si l'Argentin, ayant évolué en Italie, aura besoin d'un temps d'adaptation sans doute plus court.



Il suffit de regarder les chiffres. Rai au PSG, c'est 1 titre de champion de France (1994), 2 Coupes de France (1995, 1998), deux Coupes de la Ligue (1995, 1998), 1 Coupe des vainqueurs de coupe (1996) et une finale de Coupe des vainqueurs de coupe (1997). Un palmarès éloquent que le PSG compte bien retrouver avec l'arrivée de Javier Pastore. L'international argentin est là pour aider Paris à occuper à nouveau les sommets du foot français et européen.

Le PSG demande donc à Javier Pastore de faire au moins aussi bien que Rai, l'un des joueurs ayant le plus fortement marqué l'histoire du club. Rien que ça...