Dans l'actualité récente

Le PSG prend la tête du championnat et met la pression sur Monaco

Voir le site Téléfoot

Edinson Cavani   PSG
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-04-22T17:18:40.353Z, mis à jour 2017-04-22T18:32:30.937Z

Grâce à Cavani et Di Maria, tous deux buteurs, le PSG ne s'est pas fait prier pour s'offrir la tête de la Ligue 1 en attendant le résultat entre Lyon et Monaco.

Facile vainqueur de Montpellier (2-0), le PSG n’a pas manqué de prendre provisoirement le fauteuil de leader en attendant le résultat du choc entre Monaco et Lyon. La pression est désormais sur les épaules des Monégasques.

Cavani sur son 31

Le PSG ne sera peut-être pas champion à l’issue de la saison mais, en tout cas, il est en train de faire le boulot pour ne strictement rien lâcher dans son duel à distance face à Monaco. En effet, la réception de Montpellier a globalement été une formalité. Les Parisiens ont multiplié les actions franches et, avec un peu plus d’efficacité, la sanction aurait sans doute été plus lourde pour les visiteurs. Après un début timide, ils ont parfaitement été lancé par un Edinson Cavani bien servi par Matuidi et encore décisif, auteur de son 31e but en Ligue 1 cette saison (29e).

Aucun doute cette fois-ci

Au retour des vestiaires, le PSG s’est très vite mis à l’abri grâce à une superbe frappe de Di Maria, très en jambes ce samedi après-midi, sur un service de Cavani (48e). L’espace d’un instant, on a cru que le spectre de la dernière rencontre, la victoire 3-2 à l’arrachée face à Metz après avoir mené 2-0, allait plonger les Parisiens dans le doute. Mais ils était trop appliqués et ont parfaitement maîtrisé leur sujet au Parc des Princes, devant leur public. Boudebouz a parfois été dangereux et Skhiri a touché la barre (31e) mais Montpellier a été imprécis lors de ses rares situations offensives.

8e victoire de suite

Le PSG signe donc une huitième victoire de rang en championnat et elle lui permet de mettre une énorme pression sur Monaco. Certes, le PSG compte deux matches de plus que son principal rival pour la couronne mais ces trois points d’avance obtenus aujourd’hui enlèvent provisoirement un joker aux Monégasques, dans l’obligation de gagner eux-aussi. On notera, en revanche, que Pastore, à l’origine de jolis mouvements parisiens, est sorti en se touchant la cuisse en fin de rencontre. C’est peut-être une petite tuile.