PSG –Real Madrid : les critiques de Julian Draxler envers Emery

Voir le site Téléfoot

Julian Draxler - PSG
Par Julien Kobana|Ecrit pour TF1|2018-03-07T10:42:41.708Z, mis à jour 2018-03-07T11:12:45.692Z

Quelques instants après l’élimination du PSG, Julian Draxler a paru agacé par l’issue de la rencontre. Le champion du monde 2014 n’a pas hésité à remettre en cause les choix tactiques de son équipe.

Rentré à la 76ème minute de jeu, Draxler n’a pas pu permettre aux Parisiens de renverser la tendance alors que les deux équipes étaient à égalité 1-1 malgré l’infériorité numérique des vice-champions de France. En fin de match au micro de la ZDF, le milieu de terrain n’a pas caché sa déception et a aussi remis en question certains choix d’Unai Emery.


5 minutes d’attente sur le bord du terrain avant de rentrer

L’agacement de Julian Draxler peut se comprendre par son entrée en jeu. Prêt à rentrer à la 69ème minute, Unai Emery a retardé l’entrée en jeu de l’ancien joueur de Wolfsburg suite à l’égalisation de Cavani (71ème). Le milieu de terrain a ensuite dû patienter 5 minutes pour faire son entrée en jeu, décision que l’international allemand a eu du mal à avaler : « Insensible ? Oui. Je n’ai pas compris. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé, j’ai été surpris et énervé. Le but du 1-1 ne changeait rien pour nous, il fallait continuer à jouer de l’avant. »




« On ne peut pas gagner en faisant juste tourner le ballon »

La suite de son interview est plus critique. A chaud juste après la première défaite à domicile des Parisiens depuis mars 2016, Julian Draxler a considéré que c’est au niveau tactique que le Paris Saint-Germain s’est incliné, critiquant à demi-mot les choix d’Unai Emery lors de cette rencontre contre les doubles champions d’Europe : « Le Real Madrid a pu jouer tranquillement et n’a jamais été inquiété. On a fait tourner le ballon, mais tu ne peux pas gagner ne faisant juste cela. Il faut mettre plus de pression quand tu as perdu 3-1 à l’aller, pas juste faire des passes et espérer que quelque chose tombe du ciel […] L’élimination est méritée. Cet été nous avons dépensé 400 millions d’euros lors du Mercato, et tout le monde pensait que ça allait tout changer. Mais on a échoué une nouvelle fois à passer les 1/8 de finale. »