PSG : Sarkozy envisagé à la présidence ?

Voir le site Téléfoot

Football France-Irlande Interview Nicolas Sarkozy
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2016-12-17T09:43:24.840Z, mis à jour 2016-12-17T09:43:36.422Z

Selon GQ, l'ancien président de la République serait la piste privilégiée par le Qatar pour remplacer l'actuel président Nasser Al-Khelaïfi. Une information démentie par l'entourage de Nicolas Sarkozy.

Supporter de toujours du PSG, Nicolas Sarkozy, aujourd'hui libre de son temps, a parfois laissé filtrer son intérêt pour le club parisien. Selon GQ, le Qatar y aurait aussi songé dernièrement.

Griezmann par Liza : un transfert au PSG ?

«C'est n'importe quoi! »

«C'est n'importe quoi. Il est hors de question que Nicolas Sarkozy prenne la présidence du PSG.» Quelques heures seulement après les révélations de GQ annonçant sa possible arrivée à la tête du club de la capitale, Nicolas Sarkozy a apporté un démenti catégorique par le biais de son entourage. Démenti, suivi dans la foulée par une autre contestation d'un proche de l'actuel président du club, Nasser Al-Khelaïfi, se confiant au Parisien: «Il restera à la tête du PSG au moins jusqu'en 2022.»

Al-Thani contrarié par les résultats ?

Vendredi après-midi, le magazine GQ avait en effet affirmé que Tamin Al-Thani, l'émir du Qatar songeait sérieusement à écarter Al-Khelaïfi pour le remplacer par l'ancien candidat à la primaire de droite. Toujours selon GQ, le souverain n'aurait que très peu apprécié les récents résultats décevants de l'équipe parisienne, actuellement troisième de la Ligue 1 et qualifiée pour les 8es de finale de la Ligue des champions malgré un gros couac au mois de novembre face aux Bulgares des Ludogorets (2-2).

Nicolas Sarkozy, «la piste privilégiée»

Des discussions au sommet auraient même eu lieu il y a une semaine au Qatar après le revers en championnat à Montpellier faisant de Nicolas Sarkozy «la piste privilégiée.» Le magazine a même précisé que le remplacement aurait pu être acté entre la trêve hivernale et les 8es de finales de la Ligue des champions début mars après la double confrontation redoutée face au FC Barcelone.