PSG : Sarkozy tresse des lauriers à Pastore

Voir le site Téléfoot

EN DIRECT - Pastore titulaire : suivez avec nous le Clasico entre l'OM et le PSG
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2017-08-02T09:14:04.416Z, mis à jour 2017-08-02T09:14:10.863Z

Dans une interview à France Football, l'ancien président Nicolas Sarkozy fait l'éloge de Javier Pastore. Pour lui, le footballeur argentin est "la définition du talent".

On savait l'ancien Président de la république fan de football et du Paris Saint-Germain. Dans les colonnes de l'hebdomadaire France Football, Nicolas Sarkozy avoue surtout son amour immodéré pour Javier Pastore. Et il en parle bien. Verbatim

Sur les qualités du joueur

«La question n'est pas pourquoi j'aime Pastore, la question est : comment ne pas aimer Pastore ? Il n'y a pas un joueur comme lui dans le monde. Il n'a aucun système de jeu, il est imprévisible et dès qu'il touche le ballon, il se passe quelque chose (...) ll a d'abord une qualité extraordinaire, c'est l'intelligence de jeu. Il voit avant les autres. Tout le monde parle de son pied, moi je parle de son œil, ou de son cerveau. Après il a une deuxième qualité, c'est que ce qu'il voit, il est capable de le faire. Ce n'est pas un joueur qui fait du un contre un spontanément. C'est un joueur qui perfore les lignes par des obliques qui n'appartiennent qu'à lui. Il n'est pas un dribbleur comme Mbappé, il n'est pas un buteur comme Cavani, il n'est même pas un centreur comme Di Maria, il est Pastore. Un dynamiteur de lignes, par des obliques. Pour moi, c'est l'homme des obliques.» L'ancien chef de l'Etat, intarissable, poursuit : «Je pense qu'avec Ronaldinho, on a rarement eu un artiste, un virtuose pareil. Pastore, c'est l'assaisonnement. C'est l'ingrédient que l'on rajoute au dernier moment et qui fait toute la différence.» Et de conclure : «Pastore, ce n'est pas le talent, c'est la définition du talent.»

Sur la fragilité du joueur

«On ne peut pas être adoré sans par moment être contesté, ça va avec, assure Nicolas Sarkozy, qui sait assurément de quoi il parle. A Pastore on lui pardonne tout parce que quand il n'est pas là il manque et quand il est là, il régale. Moi je ne connais pas un supporter du PSG qui n'aime pas Javier. Et même ceux qui l'aiment moins, c'est pour regretter qu'il ne joue pas plus. Il n'y en a pas un seul qui dit "il joue trop ! " (...) Si Javier est capable de faire une saison sans blessure, il sera un renfort extraordinaire pour le PSG.»