PSG : sortie de route en Champagne

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2013-03-02T18:21:00.000Z, mis à jour 2013-03-02T19:11:10.000Z

Battu pas Reims (0-1) malgré une supériorité numérique en seconde période, le PSG prend le risque de voir l'Olympique lyonnais, en déplacement à Brest, revenir à sa hauteur au classement.

Le PSG, sans envie en première période, revient de Reims avec une défaite méritée dans les valises.


Rien à retenir ou presque

Les Parisiens avaient jusqu'ici passé une bonne semaine en venant à bout de l'éternel rival marseillais, deux fois en trois jours sur le même score (2-0), en championnat et en Coupe de France. De retour sur la compétition dominicale pour une affiche moins pétillante en dépit d'un déplacement en Champagne, les Parisiens n'ont pas fait preuve du même niveau de compétitivité. Si l'on ajoute à cela une dernière demi-heure passée en supériorité numérique (expulsion de Glombard à la 60e), la défaite relève presque de la faute professionnelle.


Lyon a un coup à jouer

Carlo Ancelotti ne croyait pas à un relâchement possible de ses troupes et il s'est bien trompé. Comme face à Rennes, Nice ou encore Saint-Etienne, le PSG s'est incliné avant un match de Ligue des Champions. Son cinquième revers cette saison en 27 rencontres de championnat qui confirme une incapacité à faire le break sur ses principaux poursuivants. Ce soir, c'est l'OL qui se frotte les mains. A trois longueurs au classement derrière le leader parisien, les Rhodaniens savent ce qu'ils leur reste à faire lors de leur déplacement en terre brestoise ce dimanche.


But refusé pour Ibra

Opposé à des Champenois survoltés et désireux de s'éloigner de la zone rouge, le PSG n'a rien montré. Si après la pause, les Parisiens prirent la possession du jeu signant notamment un but valable mais refusé à Ibrahimovic, ils n'ont trouvé personne pour éclairer leur jeu sur la durée. Les entrées en jeu de David Beckham, Jérémy Ménez ou encore Kevin Gameiro après le but de Krychowiak (64e) n'ont pas changé la donne.


Opposé mardi à Valence en huitième de finale retour, les Parisiens devraient afficher un tout autre état d'esprit, Ligue des Champions oblige.