PSG - Transfert : L'incompréhension Tevez

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Guillaume HENAULT-MOREL|Ecrit pour TF1|2012-01-18T08:52:00.000Z, mis à jour 2012-01-18T09:00:50.000Z

L'annonce faite par l'AFP, mercredi dans l'après midi, sur un accord entre Manchester City et le PSG pour le transfert de Carlos Tevez a été démentie par le club mancunien. Le spectre de l'imbroglio Pato plane une nouvelle fois sur le Camp des Loges même si l'avenir de l'attaquant argentin reste en suspens.

Les histoires de transferts avortés ont tendance à se répéter fréquemment pour le PSG version qatari.




Le scénario commence à devenir une habitude. Tenant ses informations de sources proches du PSG et du fond d'investissement qatari QSI, l'AFP a annoncé en milieu d'après midi un accord entre les deux clubs. Il n'a fallu attendre que deux heures, comme dans l'affaire Pato, pour que le leader de la Premier League récuse l'information par l'intermédiaire de son porte-parole « Manchester City n'a reçu aucune offre du PSG pour Carlos Tevez et nous ne sommes pas en négociations avec le club non plus »




Depuis le retrait du Milan AC dans les négociations avec le joueur, l'Inter reste prudent sur le dossier. Manchester City a bien refusé une première offre de 25 millions d'euros. Cependant, l'Equipe dans son édition du jour indique que le club de Massimo Moratti aurait refusé une demande des mancuniens. Le club anglais était prêt à céder Tevez pour 23 millions d'euros « à condition que les Milanais n'exigent plus les 7 millions que City doit encore pour le transfert de Balotelli ». Etrange demande à la vue de la puissance financière des propriétaires du club.




Ce démenti de Man City ne remet pas en cause le fort intérêt du club de la capitale pour l'Apache. Les négociations directes entre les propriétaires, cousins par alliance dans le Golfe, démontrent la volonté parisienne de régler rapidement cette affaire.


Rien n'est perdu pour Leonardo afin d'apporter à Carlo Ancelotti l'attaquant de classe mondiale qu'il souhaite. Il suffit de s'accommoder à l'art de la patience.