PSG : Unai Emery ne lâche ni Pastore ni Di Maria

Voir le site Téléfoot

RTX3HAWA
Par Julien Kobana|Ecrit pour TF1|2017-11-28T16:50:11.562Z, mis à jour 2017-11-28T16:56:27.170Z

Avant de recevoir Troyes mercredi soir avec le PSG, Unai Emery s’est présenté en conférence de presse où il est notamment revenu sur les rumeurs de départs de ses deux Argentins Pastore et Di Maria.

Qualifiés pour les hutièmes de finale de la Ligue des Champions et largement en tête de Ligue 1, tout va bien pour le PSG. Ou presque. Le temps de jeu de certains cadres des derniers mois pourrait les inciter à quitter le PSG porté la « MCN. » Mais l’ancien entraîneur du FC Séville a répondu à ces questions en mettant en avant la solidarité du vestiaire.


« Maintenir la concurrence pour chercher la meilleure performance »

Sur le papier Angel Di Maria a participé à autant de rencontres que Marco Verratti ou Neymar, soit 10 matches de Ligue 1. Mais il n’a joué que 9 minutes contre Monaco, 11 contre l’OM et le constat est similaire en Ligue des Champions, où l’ancien Mancunien n’a jamais été titulaire et n’a dû se satisfaire que des derniers quarts d’heure (15 contre le Celtic, 27 contre Anderlecht au retour et 17 à l’aller, puis 12 contre le Bayern).

Mais Unai Emery préfère lui évoquer la concurrence pour expliquer ses choix. Selon lui il faut « maintenir la concurrence pour chercher la meilleure performance, c’est cela le plus important pour nous. L’équipe est bien en ce moment. »




Angel Di Maria

Deux titularisations lors des douze derniers matches pour Pastore

Dur de lui donner tort lorsque l’on s’attarde sur les performances du club de la capitale. Encore invaincu dans toutes les compétitions, le PSG s’appuie sur un groupe solide, mais où les places sont chères. Pastore en sait quelque chose. L’Argentin de 28 ans a commencé la saison titulaire avec un but contre Amiens avant de sortir peu à peu du onze-type parisien. De retour de blessure qui l’a éloigné des pelouses tout le mois de septembre, il n’a connu que deux titularisations en 12 matches, dont 3 qu’il a passés entièrement sur le banc de touche

Mais à cela, Emery préfère mettre en avant le collectif sans toutefois fermer la porte aux discussions : « Ma porte est ouverte si les joueurs ont besoin d’explications sur leur temps de jeu. Je fais des réunions individuelles avec certains joueurs. Mais l’important, c’est l’esprit collectif. Et il faut que les joueurs soient prêts à entrer sur le terrain pour être performants. Le plus important, c’est de maintenir la concurrence. »