Puel : "Etre costaud"

Voir le site Téléfoot

La victoire de Puel
Par Eurosport|Ecrit pour TF1|2010-04-27T16:47:05.000Z, mis à jour 2010-04-27T16:47:05.000Z

L'Olympique Lyonnais peut réaliser un exploit monumental ce soir en se qualifiant pour la première finale de Ligue des Champions de son histoire. Pour cela, Lyon devra renverser le Bayern Munich, vainqueur du match aller (1-0). Claude Puel croit son groupe capable de réussir cette prouesse.

CLAUDE PUEL, votre groupe est au vert depuis samedi après-midi, était-ce une préparation différente des autres?


C.P. : C'était une mise au vert un peu plus longue que d'habitude, loin des turpitudes et la ville. Le cadre s'y prêtait et c'était très bien, très nature et très intéressant.


Le poids de l'histoire est largement favorable au Bayern, craigniez-vous que cela n'entre en ligne de compte?


C.P. : Je ne l'espère pas. Je pense que l'on a eu un déficit à ce niveau-là lors de la première manche, notamment dans l'approche. La situation de ce match retour nous met paradoxalement dans les meilleurs auspices dans la mesure où mon groupe est beaucoup plus à l'aise quand il faut aller chercher un résultat, quand il faut forcer la décision que quand il faut gérer. Nous serons bien présents sur cette deuxième manche.


Quelle stratégie adoptée pour renverser la situation?


C.P. : On doit gagner par deux buts d'écart. Ça veut dire qu'on devra être costaud dans tous les domaines : être entreprenant tout en étant très costaud pour éviter les contres. On a connu des moments d'adversité dans cette coupe d'Europe et nous avons à chaque fois répondus présent, que ce soit à domicile ou à l'extérieur. Je sais que nous serons entreprenants face au Bayern. En jouant notre jeu, en jouant à notre niveau, je sais que nous sommes capables de renverser n'importe quelle équipe européenne. Nous sommes conscients de notre potentiel, à condition de l'afficher.


Quelle est l'importance de Lisandro dans ce type de match?


C.P. : Lisandro est un joueur important, au même titre que Robben dans l'équipe du Bayern. Avant tout, j'aime bien mettre en capacité de s'exprimer des joueurs comme Lisandro : il a besoin de bons ballons, de jeu et de partenaires autour de lui. Quand l'équipe répond présente, les individualités ressortent toujours du lot.


Dans quelle mesure les supporters peuvent-ils vous aider?


C.P. : Tout simplement en mettant une très grosse ambiance. Une demi-finale retour à domicile, c'est tout de même quelque chose de très particulier. C'est important de sentir un public derrière son équipe, le douzième homme ne sera pas un vain mot. L'ambiance et le soutien du public auront un rôle très, très important.


Le Bayern semble très serein, cela vous agace-t-il ou vous arrange-t-il?


C.P. : Il faut les laisser dans leur confiance, c'est très bien. C'est aussi normal qu'ils soient confiants : ils ont gagné le match aller sans encaisser de but, en dominant largement le match.


Avez-vous préparé une éventuelle séance de tirs au but?


C.P. : Non, nous n'avons pas étudié ce cas de figure même si ça peut arriver. Nous avons quelques joueurs assez performants dans cet exercice mais je ne pense pas que ça se termine aux tirs au but.