Puel : "Du mal à exister"

Voir le site Téléfoot

Puel : 'Du mal à exister'
Par Eurosport|Ecrit pour TF1|2010-04-28T11:30:12.000Z, mis à jour 2010-04-28T11:30:12.000Z

Ecrasé 3-0 à Gerland en demi-finale retour par le Bayern Munich, l'Olympique Lyonnais quitte tête basse la Ligue des Champions. Pour Claude Puel, l'OL n'a pas su hisser son niveau pour rivaliser avec les Munichois. Il reste pourtant convaincu que l'OL sera capable de relever la tête en championnat.

CLAUDE PUEL, qu'a-t-il manqué à l'Olympique Lyonnais pour être au niveau du Bayern Munich?


C.P. : Il faut tout simplement féliciter cette équipe qui nous a été supérieure dans pas mal de domaines : dans l'impact physique, dans la maîtrise et dans la qualité de jeu. C'est une équipe complète avec beaucoup de densité physique, ils ont vraiment été impressionnant dans ce dernier registre. Il aurait fallu faire un match parfait et ça n'a pas été le cas. Face à leur puissance, on a eu du mal à exister. Il faut admettre que le Bayern nous ait été supérieur.


Malgré une configuration offensive, le début de match de l'OL n'a-t-il pas été trop tendre?


C.P. : On peut refaire le match et évoquer toutes les compositions que l'on veut. Notre entame n'était pas si mal, nous avons essayé de porter le danger et de mettre une pression sur leur défense. Malheureusement, nous avons un peu gâché les ballons que nous avons eus. Je regrette surtout les occasions que nous avons pu nous procurer au deuxième poteau et qui aurait pu nous permettre de nous relancer dans ce match. Je regrette aussi le score, assez lourd, mais qui est la conséquence de l'expulsion de Cris et de la configuration du match.


Selon vous, l'expulsion de Cris a-t-elle été déterminante? Y croyiez-vous avant ce carton rouge?


C.P. : Même menés au score, nous étions repartis en seconde période avec la volonté de forcer la décision. Sans être vraiment dangereux, on avait repris un petit ascendant mais c'est vrai que l'expulsion de Cris a mis un terme à nos possibilités. C'est devenu bien sûr très difficile contre une équipe qui possède une grosse maîtrise collective.


Craigniez-vous les répercussions de cette défaite?


C.P. : Non, je ne pense pas. La déception est légitime : c'est une belle aventure qui se termine. Mais nous n'avons rien à nous reprocher au niveau de l'investissement. Ce groupe a montré de très belles choses et on a envie de revivre ce genre de matchs, ça passe par le championnat. Dès dimanche, il va falloir évacuer tout ça et être bien présent. Bien sûr, nous avons des matchs difficiles mais ce groupe est uni et le montrera jusqu'à la fin de la saison.


Le plus dur commence-t-il maintenant pour l'OL avec cette place sur le podium de la Ligue 1 à conquérir?


C.P. : Ça fait depuis un moment que c'est difficile… Non, depuis le début, c'est difficile. On a relevé beaucoup de challenges dans l'adversité, on va continuer. Dimanche (le déplacement de l'OL à Montpellier, Ndlr) sera un challenge très important. Il faut vite se remobiliser. Par le passé, on a montré beaucoup de caractères dans nos matchs. On ne va pas lâcher l'affaire.