Qu'est devenue la génération dorée de l'Angleterre ?

Voir le site Téléfoot

Wayne Rooney   Angleterre
Par Nicolas BAMBA|Ecrit pour TF1|2017-02-04T19:46:42.595Z, mis à jour 2017-02-04T19:49:08.126Z

Durant l'Euro 2004, la sélection d'Angleterre présenta une équipe promise aux plus grandes victoires. Autour du capitaine David Beckham, ces Three Lions prirent rendez-vous avec l'avenir. Mais de cette époque, il n'en reste plus beaucoup en activité. Et leurs succès ont été assez inégaux.

Le temps passe... En juin 2004, la planète foot braquait ses yeux sur le Portugal où se déroulait le championnat d'Europe des Nations. La France remettait son titre en jeu. La Selecçao, à domicile, rêvait d'un premier succès. Et l'équipe d'Angleterre, elle, s'affirmait comme une équipe d'avenir. Pour la première fois depuis longtemps, les Three Lions avaient tout d'un prétendant sérieux au titre. Le Portugal, au bout d'un match héroïque, parvint à stopper les Anglais en quarts de finale (2-2, 6 tab à 5).

L'Angleterre sortit la tête haute et promit qu'on la reverrait à pareil niveau, et même plus haut encore. Car cette équipe pouvait compter sur plusieurs joueurs de premier ordre. Rappelez-vous, dans cette génération dorée, on trouvait...

David James


"Calamity James", comme on le surnommait. A 34 ans, le portier de Manchester City venait enfin d'être promu gardien numéro un de l'Angleterre, après la retraite de David Seaman à l'issue du Mondial 2002. Capable du meilleur comme du pire, James ne resta toutefois pas longtemps à son poste. Paul Robinson lui prit sa place après l'Euro 2004. Pendant des années, la sélection anglaise se chercha un gardien fiable. Jusqu'à l'avènement de Joe Hart après le Mondial 2010, les sélectionneurs Sven-Göran Eriksson, Steve McLaren et Fabio Capello tentèrent Paul Robinson, David James, Robert Green, Scott Carson, Ian Walker, Ben Foster...

Gary Neville


L'emblématique arrière droit de Manchester United était, à 29 ans, déjà un cadre de l'équipe d'Angleterre en 2004. Il resta en sélection jusqu'en 2007 et prit sa retraite en 2011. Son palmarès resta vierge avec les Three Lions mais il se retira sur une flopée de titres avec les Red Devils. Reconverti entraîneur, il fut adjoint dans le staff de l'Angleterre entre 2012 et 2014 avant de connaître sa première expérience en tant que coach principal à Valence. L'aventure vira au fiasco : en mars 2016, après seulement quatre mois calamiteux, le club ché le limogea. Un accroc qu'il traîne encore comme un boulet.

Sol Campbell


Le roc d'Arsenal termina sa carrière internationale en 2007. Sur le papier, la charnière qu'il formait avec l'Angleterre avec John Terry ou Rio Ferdinand était l'une des plus fortes du monde. Dommage pour eux, les résultats ne suivirent pas. Celui qui passa de Tottenham aux rivaux Gunners en 2001 se distingua par un but en finale de la Ligue des champions 2006 perdue contre Barcelone (2-1). Il joua ensuite à Porstmouth, Notts County, puis revint pour une pige à Arsenal avant de terminer sa carrière à Newcastle en 2011.

Rio Ferdinand


Il fut l'un des meilleurs défenseurs centraux du monde pendant plusieurs années. Malheureusement, Rio Ferdinand manqua l'Euro 2004, qui devait être un événement important dans sa carrière, à cause d'une suspension pour manquement à un contrôle antidopage. Appelé en sélection dès 1997, il connut sa 81e et dernière cape en 2011. A Manchester United de 2002 à 2014, Ferdinand marqua peu malgré ses qualités dans le jeu aérien. En défense, par contre, il était le patron. Son palmarès en club peut en témoigner.

John Terry


2004 fut une année charnière pour le défenseur. Profitant de la suspension de Rio Ferdinand, il s'illustra pendant l'Euro au Portugal. Et à Chelsea, notamment après l'arrivée de José Mourinho, John Terry se hissa parmi les meilleurs du monde à son poste. Son jeu de tête continue de faire des ravages, même si en 2017, à bientôt 37 ans, le défenseur central ne joue presque plus. Au crépuscule de sa carrière, Terry peut se targuer d'un palmarès énorme en 21 saisons et plus de 680 matches à Chelsea. Avec l'Angleterre, l'histoire fut plus compliquée. Promu capitaine en 2006, le brassard lui fut retiré quand les tabloïds révélèrent son aventure extra-conjugale avec l'ex-femme de Wayne Bridge, son coéquipier en club et en sélection. D'ailleurs, Bridge prit sa retraite international après cette affaire, mettant dans l'embarras le sélectionneur d'alors, Fabio Capello. John Terry a aussi provoqué quelques scandales pour des bagarres en dehors des terrains. En 2012, il fut aussi dans le collimateur de la justice pour des propos racistes proférés à l'égard d'Anton Ferdinand, le frère de Rio.

Ashley Cole


En 2004, Ashley Cole est reconnu comme l'un des meilleurs du monde au poste d'arrière droit. Il est l'un des symboles du Arsenal conquérant de la première moitié des années 2000. A 21 ans, il avait également prit une longueur d'avance en équipe d'Angleterre, d'abord à gauche, puis à droite. Son Euro 2004 fut excellent et il continua sur sa lancée en club. Son départ pour Chelsea en 2006 fut vécu comme une trahison par les fans d'Arsenal. Il en sera un pilier jusqu'à son départ en 2014. L'Anglais s'engagea ensuite à l'AS Rome où le succès ne fut pas au rendez-vous. A 36 ans, il termine sa carrière en MLS du côté des Los Angeles Galaxy, l'ancien club de David Beckham.

David Beckham


On ne présente plus le "Spice Boy". Le 3e joueur le plus capé des Three Lions (115 sélections, derrière Peter Shilton et Wayne Rooney) a été capitaine pendant quatre ans. Sélectionné dès 1996, David Beckham fut longtemps honni pour son carton rouge reçu en 1998 lors du huitième de finale du Mondial en France perdu contre l'Argentine (2-2, 4 tab à 3). Son coup franc victorieux qui qualifia l'Angleterre pour le Mondial 2002 en éliminatoires contre la Grèce (2-2) le réhabilita. Longtemps, le Royaume-Uni crut que Beckham serait l'homme qui ramènerait un titre aux Three Lions. Mais jamais il n'y parvint, en dépit de ses succès en club avec Manchester United et le Real Madrid. Une grave blessure le priva de la Coupe du monde 2010 qui devait constituer son dernier grand rendez-vous avec la sélection. Le footballeur-star acheva sa carrière au Los Angeles Galaxy et avec des piges de quelques mois à l'AC Milan et au PSG pour finir en 2013. Il symbolise cette équipe anglaise prometteuse mais toujours vaincue.

Paul Scholes


L'homme à tout faire de Manchester United prit sa retraite internationale à la fin de l'Euro 2004, alors qu'il n'avait pas 30 ans. Un grand regret pour les fans de ce joueur battant qui en avait encore beaucoup sous le pied. Moins à l'aise avec l'Angleterre, Paul Scholes eut un rôle prépondérant dans la domination mancunienne de la fin des années 1990 (avec ce triplé historique en 1999 : Premier League, Cup et Ligue des champions). Vainqueur de deux Ligues des champions en quatre finales, Scholes prit sa retraite une première fois en 2011 avant de revenir pour une dernière saison de grande qualité en 2012-2013. Sa réussite en club n'a d'égale que ses échecs frustrants en sélection.

Frank Lampard


Il vient, à 38 ans, de prendre sa retraite. Le milieu de terrain n'a pas eu de réussite avec l'équipe d'Angleterre, avec pour point d'orgue le but de l'égalisation valable mais refusé en huitièmes de finale du Mondial 2010 contre l'Allemagne (défaite finale 4-1). Meilleur buteur de l'histoire de Chelsea (211 buts), Lampard a été l'âme des Blues pendant 13 ans. Il était au cœur de ce club entré dans la cour des grands d'Europe à son rachat par Roman Abramovitch en 2003. Son plus grand succès restera sans doute ce sacre en 2012 en Ligue des champions à Munich contre le Bayern (1-1, 4 tab à 3). Frank Lampard joua ensuite pendant un an à Manchester City : buteur contre Chelsea, il ne célébra pas sa réalisation et fut ovationné par ses anciens supporters toujours sous le charme. Il conclut sa carrière par une saison au New York City FC.

Steven Gerrard


Plus Reds que lui, ça n'existe sans doute pas. Steven Gerrard a certes terminé sa carrière en 2016 par une pige au Los Angeles Galaxy, mais avant cela, il a fait toute sa vie à Liverpool, de son entrée à l'école des Reds en 1989 à son départ en 2015. L'homme au plus de 700 rencontres sous le maillot rouge fut le capitaine-courage de l'héroïque finale de la Ligue des champions 2005 remportée à Istanbul contre l'AC Milan (3-3, 5 tab à 4). C'est lui qui marqua la première but des siens, auteur d'une remontée folle en quelques minutes alors que Milan menait 3-0 après 45 minutes de jeu. Les frappes énormes de Gerrard étaient réputées pour rendre les gardiens fous. Malheureusement, ce talent ne lui permit ni de gagner avec l'Angleterre, ni de remporter la Premier League malgré plusieurs saisons où Liverpool était proche du graal.

Michael Owen


Sans son physique de verre, le Ballon d'Or 2001 aurait sans doute eu une carrière plus brillante encore. En 2004, Michael Owen quittait Liverpool pour devenir le nouveau Galactique du Real Madrid. Mais en dépit de ses performances, il ne parvint pas à déloger Ronaldo et Raul de leurs places de titulaires et il s'éclipsa au bout d'un an à Newcastle. Régulièrement blessé, Owen ne retrouva jamais son niveau d'avant ses blessures, que ce soit avec les Magpies ou avec la sélection sur laquelle il tira un trait en 2008. Son passage de trois ans à Manchester United (2009-2012) ne lui permit pas de retrouver la lumière. Il termina dans un relatif anonymat à Stoke City en 2013. Michael Owen, le dernier Anglais Ballon d'Or, laisse un goût d'inachevé tant ses performances pouvaient être superbes quand son corps ne le trahissait pas.

Wayne Rooney


Il a bien grandi, le feu follet de 18 ans à peine qui a ébloui l'Europe pendant l'Euro au Portugal. A 31 ans aujourd'hui, Wayne Rooney est le meilleur buteur de l'histoire de l'Angleterre (53 buts, série en cours), le meilleur buteur de l'histoire de Manchester United (250 buts, série en cours) et le deuxième joueur le plus capé de l'Angleterre (119 sélections, derrière les 125 du recordman Peter Shilton). Il compte aussi cinq championnats remportés, une Ligue des champions, un Mondial des clubs, plusieurs coupes nationales, d'innombrables récompenses individuelles dont une cinquième place au Ballon d'Or 2011... Bref : Wayne Rooney est l'un des plus grands joueurs des 20 premières années du XXIe siècle. Parfois bad boy impulsif (il fut expulsé en quarts de finale du Mondial 2006 contre le Portugal 0-0 3 tab à 1 après avoir écrasé avec ses crampons les testicules de Ricardo Carvalho dans un contact), souvent décisif, l'attaquant a brillé à Manchester United. Il prendra sa retraite internationale en 2018 après la Coupe du monde en Russie : c'est sa dernière occasion de remporter quelque chose avec l'Angleterre et de devenir le messie d'une sélection orpheline d'un titre depuis 1966.

Et aussi...


Joe Cole, milieu offensif talentueux de Chelsea (2003-2010). Pas épargné par les blessures, il connut diverses fortunes ensuite à Liverpool, Lille, West Ham, Aston Villa et Coventry. A 35 ans, il termine sa carrière aux Rowdies de Tampa Bay en MLS.

Darius Vassell, attaquant révélé à Aston Villa. Nouvelle star de l'Angleterre durant le Mondial 2002, il n'a pas confirmé ensuite, ratant notamment son tir au but contre le Portugal en 2004. Vassel ne retrouva plus les Three Lions ensuite. Il quitta Manchester City sans bruit en 2009 et passa par Ankaragucu en Turquie, puis Leicester jusqu'en 2012.

Owen Hargreaves, milieu de terrain. Né au Canada, Hargreaves avait une particularité : celle de ne pas avoir débuté en Premier League. Junior à Calgary, il fut ensuite un élément important du Bayern Munich jusqu'en 2007. Il fut ensuite transféré à Mancheser United où, après une première année brillante, le milieu de terrain fut fréquemment blessé. Il termina par une dernière saison sans relief à Manchester City. Trahi par son physique, il termina sa carrière en 2012 à l'âge de 31 ans.

Peter Crouch. Un attaquant atypique de par son gabarit (2,03m, 77 kilos). Souvent raillé, le buteur a pourtant toujours brillé, que ce soit avec en club (notamment Liverpool, Southampton, Portsmouth, Tottenham, et Stoke depuis 2011) ou en sélection (22 buts en 42 sélections de 2005 à 2010). Crouch est aussi connu pour quelques buts superbes et sa célébration dite "du robot". Son palmarès, en revanche, n'est pas très fourni.

Theo Walcott
. A bientôt 28 ans, l'attaquant a encore des années devant lui. Il fut propulsé sur le devant de la scène en 2006 alors qu'il n'avait que 17 ans : Arsenal s'offrit ce grand espoir en provenance de Southampton pour plus de 7 millions d'euros. Quelques mois après, Sven-Göran Ericsson le sélectionna pour le Mondial 2006 mais ne le fit pas jouer. Depuis, on reste toujours sur notre faim : Walcott peut réaliser des prouesses balle au pied, notamment avec sa vitesse, mais il est trop souvent blessé. Il n'a quasiment jamais pu réaliser une saison pleine.

en savoir plus : Equipe d'Angleterre de Football