Ce qu'il faut retenir

Voir le site Téléfoot

Raymond Domenech
Par Olivier D'ARIES|Ecrit pour TF1|2009-06-03T17:08:00.000Z, mis à jour 2009-06-03T17:08:00.000Z

Face au Nigéria (0-1), les Bleus, souvent empruntés, n'ont pas montré grand chose.

Raymond Domenech

Face au Nigéria (0-1), les Bleus, souvent empruntés, n'ont pas montré grand chose. Rien de très rassurant donc alors que le grand chantier de la défense est toujours en cours. Rares sont les joueurs qui ont marqué des points dans l'optique des éliminatoires au Mondial 2010.



MANDANDA-EVRA, MEME COMBAT
Mais que diable arrive-t-il à l'efficace portier marseillais et au puissant défenseur latéral de Manchester United sous le maillot bleu ? Difficile de comprendre le mal qui ronge les deux hommes. Face au Nigéria, Mandanda n'a jamais dégagé l'autorité qui est la sienne sous la tunique de l'OM. Son match très moyen s'inscrit dans la lignée de ses dernières performances en Bleu. Pendant ce temps, Hugo Lloris ronge son frein sur le banc. Patrice Evra n'a pas su cadenasser son couloir face aux virevoltants Nigérians. Lui aussi traîne sa misère en équipe de France.


LA CHARNIERE CENTRALE, ETERNELLE INTERROGATION
Ce n'est pas nouveau. Le principal chantier des Bleus concerne la défense et, en particulier, la charnière centrale. Aux côtés de Gallas, ni Mexès, ni Boumsong, ni Abidal, ni Squillaci, ni Escudé ne se sont imposés. Les deux derniers cités avaient l'occasion de marquer des points ce mardi. Mais la charnière du FC Séville a coulé face au Nigéria. Sébastien Squillaci ne s'est d'ailleurs pas caché : "Cela a été difficile, collectivement.

On a souffert au niveau de la charnière. On a mal défendu ensemble." Julien Escudé s'est montré particulièrement fébrile. En retard dans ses interventions, il est directement impliqué sur le premier but en ratant son tacle sur Uche. L'équipe de France est encore loin d'avoir trouvé son duo de défenseurs centraux.


VIEIRA TROP NEUTRE, A.DIARRA TROP BROUILLON
On ne pouvait pas attendre monts et merveilles de Patrick Vieira après une saison entière tronquée par les blessures et autres pépins physiques en tout genre. Le capitaine des Bleus, auteur d'une prestation neutre, ne s'est pas montré sous son meilleur jour. Très peu d'allant offensif, un pressing trop haut sur le porteur du ballon, le duo qu'il a formé avec Alou Diarra a déséquilibré le collectif et laissé des trous béants dans l'entrejeu.

"Physiquement, il n'y est pas", constate Raymond Domenech. "On est allé les chercher trop haut, nous sommes entrés dans le match avec trop d'envie. Avec Alou, on arrivait toujours en retard et les Nigérians trouvaient toujours le décalage" , analyse Vieira. Alou Diarra a, lui, surtout pêché dans la relance. Imprécis et brouillon, il n'a pas pesé sur la rencontre. Loin, très loin de ses performances de haut vol à Bordeaux.


GIGNAC ET REMY, LES ECLAIRCIES
Dans le marasme collectif, seuls Loïc Rémy et André-Pierre Gignac ont démontré leur envie. Les deux jeunes attaquants n'ont pas un statut de cadres chez les Bleus et chacune de leurs apparitions est l'occasion pour eux de marquer des points. Eux n'étaient pas encore en vacances. Ils ont tenté, pris des risques, créé. L'entrée du Toulousain a dynamité le secteur offensif, la présence du Niçois apporté des solutions sur le côté droit. "Il montre des choses, c'est bien.

Il faut que ça dure", a simplement commenté Domenech à propos du meilleur buteur de l'équipe du championnat de France. Avec une frappe sur le poteau pour Rémy et des débordements incisifs pour Gignac, ils ont réussi leur test au sein d'une formation amorphe.
Eurosport - Martin MOSNIER