Qualifications Coupe du Monde : entre l'Italie et l'Espagne, c'est une finale qui s'annonce

Voir le site Téléfoot

Andres Iniesta - Espagne
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-09-02T12:45:42.990Z, mis à jour 2017-09-02T12:45:43.867Z

Samedi soir, Santiago Bernabeu sera le théâtre d'un choc entre l'Italie et l'Espagne. La première place du groupe G est en jeu.

Ce samedi soir, l'Espagne et l'Italie s'affrontent dans le cadre des qualifications pour la Coupe du monde 2018. Une vraie affiche en forme de finale pour la première place, directement qualificative.

Miam

Il n'y aura peut-être pas de perdant à Santiago Bernabeu ce samedi soir. Mais il y en aura forcément un dans quelques semaines, au moment où toutes les rencontres seront jouées. Il n'y a effectivement qu'une seule première place pour deux ogres : l'Espagne et l'Italie. L'une des deux sélections devra passer par l'épreuve des barrages pour valider son billet pour la Russie. Les deux nations, habituées aux joutes musclées, s'étaient quittées sur un score nul (1-1) à l'aller, en octobre dernier. Et un nouveau résultat dos-à-dos ajouterait encore plus de suspense d'ici novembre.

Avantage Espagne

Comme l'Espagne reçoit - à Santiago Bernabeu, l'antre du Real Madrid -, elle a l'avantage sur l'Italie. Un double avantage même, puisqu'elle devance son ennemi au classement à la faveur d'un goal average très supérieur (+18 contre +14). Autrement dit, la pression est sur les épaules des Italiens, privés de Giorgio Chiellini (touché au mollet) et dans l'obligation de gagner pour s'adjuger le trône du groupe G. "Nous jouons à la maison, dans un stade qui impose le respect. Cela peut nous profiter. Pour les amoureux du football, c'est un jour spécial et unique" confie Sergio Ramos, capitaine. A priori, les Espagnols ne devraient pas calculer.

Un duel au sommet

En somme, toutes les conditions sont réunies pour vivre un joli spectacle de football avec, espérons-le, des retournements de situation en veux-tu en voilà. La Nazionale devra notamment compter sur un grand Marco Verratti, auteur d'un début de saison timide avec le PSG au sortir d'un été agité (transfert avorté au FC Barcelone), pour se mettre dans les meilleures dispositions. Le milieu de terrain sera chargé d'alimenter un quatuor offensif faisant face à une Roja qui avait dominé pendant une heure lors de la première confrontation. On n'oubliera pas de mentionner le retour en sélection de David Villa, qui brille en MLS.

La composition probable de l'Espagne : De Gea, Alba, Ramos, Piqué, Carvajal, Busquets, Iniesta, Koke, Silva, Isco et Morata.
La composition probable de l'Italie : Buffon, Darmian, Barzagli, Bonucci, Spinazzola, Verratti, De Rossi, Candreva, Insigne, Belotti et Immobile.