Qualifications Mondial 2018 : entre la Côte d'Ivoire et le Maroc, c'est une finale qui va se jouer

Voir le site Téléfoot

Gervinho - Côte d'Ivoire
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-11-11T12:53:08.513Z, mis à jour 2017-11-11T15:21:09.520Z

Le match entre la Côte d'Ivoire et le Maroc programmé aujourd'hui a des allures de finale de CAN. En effet, il y a un ticket, un seul, pour le prochain Mondial en jeu.

La Côte d'Ivoire et le Maroc s'affrontent, samedi à Abidjan (18h30), avec un sacré enjeu au bout : une place pour la Coupe du monde en Russie. Une seule des deux nations compostera son billet et, pour l'heure, le Maroc tient la corde.

"Ce sera comme une finale de CAN"

Abidjan s'apprête à être le théâtre d'une joute musclée entre, d'un côté, le Maroc, qui cherche à retrouver la Coupe du monde depuis 20 ans, et la Côte d'Ivoire, qui reste sur trois participations de rang. Les deux équipes occupent les première et deuxième place du groupe C, autant dire que le vainqueur de ce match ira en Russie et que, par extension, le vaincu restera à quai avec ses désillusions. Un nul suffira au Maroc mais Hervé Renard, son sélectionneur, sait à quoi s'attendre : "ce sera comme une finale de CAN". Une compétition qu'il a remportée deux fois, avec la Zambie (2012) et avec… la Côte d'Ivoire (2015).

Aucun but encaissé pour le Maroc

Au regard du parcours de chacune des deux nations, le Maroc part favori. Sous l'impulsion d'Hervé Renard et après l'élimination en quarts de finale de la dernière CAN (face à l'Egypte), le Maroc a signé un parcours presque idéal lors des qualifications avec zéro but encaissé (deux victoires, trois nuls). Il avait d'ailleurs partagé les points avec la Côte d'Ivoire lors de la phase aller, à Marrakech (0-0), et un tel résultat fera son bonheur. Mais les hommes d'Hervé Renard devront affronter des Ivoiriens qui n'ont plus le choix.

La Côte d'Ivoire doit se renouveler

La génération Drogba/Touré appartient désormais au passé et, pour la Côte d'Ivoire, c'est un trait qui doit être tiré. Il le sera définitivement en cas de qualification, induisant une victoire indispensable face au Maroc. Sans quoi, l'équipe dont Gervinho est devenu le principal taulier, sera renvoyée à ses doutes et ses exploits de la dernière décennie. En cas de défaite, aussi, Marc Wilmots, qui a dirigé la Belgique de 2012 à 2016, sera à coup sûr remercié. C'est donc un match très couperet qui attend les Eléphants. Malheur au vaincu.


Plus d'actualité